Economie

3 producteurs de pétrole de schiste sur 4 sont en perte

Aux États-Unis, les producteurs de pétrole de schiste ont à nouveau dépensé plus d’argent qu’ils n’en ont gagné. Par conséquent, ces producteurs sont en train de perdre la confiance des investisseurs, indique une étude de Reuters, du Sightline Institute et de l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis. Ce rapport a analysé les activités de 29 producteurs indépendants.

À l’exception de sept sociétés, tous les producteurs de pétrole de schiste ont dépensé plus d’argent l’année dernière que leurs activités n’en ont produit. Le total des dépassements de coûts était légèrement inférieur à celui de l’année précédente.

Production

« Les cours des actions du secteur ont fléchi à un moment où les cours des actions américaines ont en général affiché de fortes hausses », explique Reuters. « Les entreprises de schiste poussent la production de pétrole des Etats-Unis à des niveaux record. Cependant, les producteurs ont privilégié les dépenses en superficie et en forages. »

Peu de producteurs de schiste ont généré des rendements solides, même si les prix du brut américain ont augmenté de 28% en 2018 pour atteindre 65,06 dollars le baril.

Tous les producteurs de schiste ont enregistré une baisse du prix de leurs actions l’année dernière. Le secteur a subi la pression des prix instables du brut. En outre, les entreprises ont également dû faire face aux rendements plus élevés dans d’autres secteurs. Seul un producteur, Cabot Oil & Gas, a pu enregistrer un taux supérieur par rapport à 2016.

Un investisseur ayant investi 100 dollars dans l’indice américain d’exploration et de production pétrolière et gazière en 2013 aurait obtenu 58,99 dollars à la fin de 2018. Des investissements similaires de 100 dollars aboutissaient à seulement 9 dollars chez Whiting Petroleum Corp, 33,51 dollars chez Apache et 38,88 dollars chez Devon. En revanche, un investissement de 100 dollars dans le S & P 500 atteignait 150,33 dollars au cours de la même période.

Confiance

« Les producteurs de schiste traversent une période cruciale », a déclaré Clark Williams-Derry, directeur des finances de l’énergie au Sightline Institute. « Le secteur a perdu la confiance de nombreux investisseurs. » La part du secteur de l’énergie dans l’indice des grandes sociétés américaines cotées en bourse est passé de 11% en 2012 à 5% cette année.

Selon Bob Gwin, président d’Anadarko Petroleum, les producteurs de pétrole de schiste pourraient regagner la confiance des investisseurs sur le long terme. « Pour cela, l’invesitsseur doit d’abord être à nouveau à l’aise avec le secteur, non seulement en ce qui concerne le produit de base, mais également à l’égard des équipes de direction. »

« La révolution du schiste a transformé les producteurs indépendants en de véritables stars », explique Reuters. « Ces sociétés ont été capables d’atteindre la production initiale sans l’investissement de plusieurs années requis par les puits traditionnels. Cependant, la production de schiste diminue fortement après quelques années, ce qui oblige les entreprises à poursuivre leurs activités de forage. »

Selon certains investisseurs, le secteur sera confronté à une sélection. Les entreprises qui fournissent des retours insuffisants devraient disparaître. « L’accent sera mis sur l’efficacité du capital », a déclaré Dimitry Dayen, analyste chez ClearBridge Investments. « Il sera nécessaire de réduire les dépenses à un niveau permettant plus de liquidités grâce à une production stable. »

Faillite

Selon Tarigh Yusufi, analyste chez Steadfast Capital Management, les vente d’actifs pour financer les rachats d’actions ne suffisent plus. Les entreprises devront démontrer que leurs activités peuvent également générer des bénéfices.

L’année dernière, Anadarko et Noble Energy ont utilisé la vente d’actifs pour racheter des actions. Cependant, plusieurs producteurs de schiste ne peuvent pas avoir recours à cette stratégie, explique Gregory Beard, spécialiste des matières premières chez l’investisseur Apollo Global Management. « De nombreux investisseurs veulent des preuves d’activités rentables avant d’investir dans le capital de la société. »

Selon Ben Dell, directeur associé de Kimmeridge Energy Management, plus de la moitié des producteurs de schiste américains devraient disparaître à la suite de fusions ou d’acquisitions. Cependant, les rendements médiocres et la volatilité des prix du pétrole entravent souvent la conclusion d’accords et constituent également un obstacle aux introductions en bourse.

« Les transactions se sont en grande partie arrêtées lorsque les prix du pétrole ont chuté d’environ 30 dollars le baril l’automne dernier », a déclaré Andrew Dittmar.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close