Economie

2025: l’année où les voitures électriques deviendront moins chères que les voitures thermiques

Si la baisse du prix des batteries au lithium se poursuit, les voitures électriques pourraient devenir moins chères que leurs équivalentes thermiques à partir de 2025. 

C’est ce qu’affirme Bloomberg News Energy Finance, un institut de recherche basé à Londres, qui précise que pour que cela se réalise, il faut que la baisse du cours des métaux se poursuive, ce qui ne sera possible que si la demande pour ces matières premières continue d’augmenter, précise-t-il. 

La Chine veut démocratiser la voiture électrique

La Chine, le plus grand pollueur du monde, veut gagner la course à l’adoption des véhicules électriques. Le gouvernement chinois a mis en place des quotas sur les véhicules électriques et hybrides, qui entreront en vigueur en 2019. A partir de cette année-là, 10 % des ventes constructeurs automobiles devront porter sur des véhicules hybrides ou électriques. 

Ceux qui échoueront à respecter ces normes seront contraints de racheter les crédits de ceux qui auront dépassé le quota, ou de payer des pénalités. Le mois dernier, on a appris que le constructeur automobile chinois Geely avait pris une participation de 7,3 milliards d’euros dans son homologue allemand Daimler AG, qui dispose d’une grande maîtrise de la technologie électrique.

9 à 20 millions de véhicules sur les routes en 2020

Une étude publiée par l’Agence Internationale de l’Énergie l’année dernière indique que plus de 750 000 voitures électriques ont été vendues dans le monde en 2016. La flotte mondiale atteignait 2 millions d’exemplaires il y a deux ans. Et c’est effectivement la Chine qui constitue le plus grand marché, s’accaparant 40 % des véhicules électriques vendus dans le monde. Mais c’est en Norvège que la voiture électrique est la plus répandue. Là-bas, elle représente 29 % du parc automobile. 

L’AIE estimait qu’on recenserait 9 à 20 millions de véhicules électriques sur les routes du monde en 2020. Cinq ans plus tard, il y en aurait même 40 à 70 millions. Mais pour le moment, les ventes se concentrent sur 10 pays : la Chine, les États-Unis (en particulier en Californie), le Canada, le Japon, et six pays européens : la Norvège, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suède. 

650 euros le kilowatt heure en 2011, 168 aujourd’hui 

La démocratisation des  voitures électriques, qui a mené à augmenter la production des batteries au lithium, a déjà contribué à fortement baisser leur coût de revient, et cette tendance devrait se poursuivre. Ainsi, le prix moyen des batteries au lithium pourrait tomber à 70 $ (environ 56 euros) du kilowatt heure en 2030. Actuellement, celui-ci s’établit à environ 208 $ (environ 168 euros) du kilowatt heure, contre… 800 $ (environ 650 euros) en 2011. En conséquence, les batteries représentent encore les 2/5e du coût total des véhicules, un niveau qui  entrave la réalisation de marges importantes. 

« Les ventes de voitures électriques continueront de se développer dans les années à venir dans les prochaines années, mais les prix des batteries ont encore besoin de baisser davantage pour que l’on assiste à une véritable adoption du marché de masse », explique Colin McKerracher, transport analyst chez BNEF. « Si les coûts des matériaux des batteries continuent d’augmenter très fortement, cela risque de repousser le seuil de rentabilité », avertit-il. 

Show More
Close
Close