Une photo composée des portraits des 3 dirigeants respectivement de la France (le président français Emmanuel Macron), de l'Allemagne (la chancelière allemande Angela Merkel), et de la Grande-Bretagne (la première ministre britannique, Teresa May)

© Getty Images

Politique

L'UE et le chaos des 3 M : Merkel + May + Macron

Alors que la Belgique attend principalement la prochaine réunion de crise, qui pourrait signifier la fin du gouvernement Michel I, les dirigeants des trois plus grandes économies européennes sont également menacés par le chaos domestique.

Angela Merkel

À Hambourg, les membres de l'Union chrétienne démocrate (CDU) élisent aujourd'hui le successeur d'Angela Merkel, qui est affaiblie et qui, après 18 ans, a renoncé à la présidence du parti. Ce successeur a de bonnes chances de devenir le prochain chancelier, comme ce fut le cas pour 5 de ses 7 prédécesseurs au cours de ses 73 années d’histoire. Si Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK) gagne, le parti suivra probablement la doctrine de Merkel. Ce n'est pas pour rien qu'elle s'appelle Merkel 2.0. Mais si c'est le banquier millionnaire Friedrich Merz qui l'emporte, le parti se déplacera certainement plus à droite. 

Theresa May

À Londres, le Parlement s'apprête à voter sur l'accord sur le Brexit entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, ce qui se produira mardi, mais de plus en plus de voix se prononcent au Royaume-Uni pour reporter le vote, car le résultat semble "catastrophique" pour le projet de Brexit de May et sa gouvernance en tant que premier ministre. Un débat télévisé en direct sur le projet entre May et le chef de l'opposition, Jeremy Corbyn, a déjà été supprimé, car ils ne pouvaient s'accorder sur un format. Que se passera-t-il si le plan de May n'est pas clair ? Pieter Cleppe, du think tank Open Europe, a affirmé à la radio luxembourgeoise qu'une «renégociation» s'impose. Mais le négociateur de l'UE, Barnier, a répété que "ce qui est actuellement sur la table est le seul et meilleur accord".

De gauche à droite : la chancelière allemande Angela Merkel, la première ministre britannique Theresa May, et le président français Emmanuel Macron

© Getty Images

Emmanuel Macron

En France, le gouvernement du président Macron se prépare à la marche des Gilets jaunes à Paris annoncée pour ce samedi. La police s'attend aux pires émeutes depuis mai 1986. Les tentatives visant à apaiser l'atmosphère en supprimant finalement la taxe sur les carburants, très contestée, et en accordant aux employés une prime non imposable pour augmenter leur pouvoir d'achat ont été accueillies par les " Gilets jaunes " comme étant trop faibles, trop tard.



Là une de The Economist, montrant une statue de Marianne dégradée par les gilets jaunes à l'Arc de Triomphe le samedi 1er décembre 2018

La peur du samedi est là. Le Premier ministre français Edouard Philippe parle d'une "colère désormais incontrôlable". Les notes de service émanant des services de renseignement avertissent sur l'existence "d'une grande violence", des appels circulant parmi les manifestants "pour casser et pour tuer" et des "armes à feu emportées avec eux pour attaquer les parlementaires, les membres du gouvernement et la police". Eric Drouet, l'un des porte-parole des Gilets jaunes, a lancé un appel cette semaine sur une chaîne française pour "prendre l'Elysée".

Jubilation

Dans le reste de l'Europe, beaucoup regardent avec jubilation ce que Macron endure dans son propre pays, car si aucune solution n'est trouvée à la protestation de rue persistante, les élections européennes de mai en France risquent de devenir un référendum contre Macron.

"Un Macron affaibli est un danger pour toute l'Europe, car il apporte de l'eau au moulin aux extrémistes et aux populistes. A l'approche des élections européennes, Le Pen, Orbán et Salvini attendent dans les coulisses", écrit Natalie Nougayrède dans The Guardian

Conclusion

Merkel, May et Macron sont en tête des trois pays les plus puissants d'Europe. Mais plutôt que de jouer un rôle stabilisateur, ils risquent d'être entraînés dans le chaos politique qui consume le continent.

Sur le même sujet :