L'enceinte connectée d'Amazon, et son assistant vocal intégré, Alexa

© EPA

Tech

Après les assistants vocaux, voici venir les anti-fraude des assistants vocaux

Nous avons entamé l'ère des assistants vocaux, et Alexa d'Amazon, ou Siri d'Apple, sont les fers de lance de cette révolution que les Américains ont déjà largement embrassée. Aux États-Unis, les assistants vocaux sont utilisés au quotidien pour réaliser toutes sortes de tâches : faire les courses, programmer des rendez-vous, répondre à des questions,… etc. Ils promettent d'évoluer  pour devenir encore plus polyvalent. Le problème, c'est que cette polyvalence profite aussi aux pirates.

Mais, « Dans un monde contrôlé par la voix, protéger notre voix sera plus important », affirme Vijay Balasubramaniyan, CEO de Pindrop, une startup de sécurité, qui propose déjà un outil aux centres d'appels pour leur permettre de détecter les éventuels appels malveillants. Il explique que des pirates informatiques pourraient chercher à s'emparer des caractéristiques uniques de la voix des individus pour les copier, et utiliser l'imitation de leur voix pour donner des commandes à leurs autres appareils de la maison.

Les pirates évoluent aussi vite que les assistants vocaux

Pour le moment, les appareils utilisant les technologies vocales ne sont pas encore assez sophistiqués pour effectuer d'autres tâches que des opérations basiques. Mais cette technologie évolue rapidement, et bientôt, ils pourront prendre en charge une très grande gamme de tâches complexes.

Pindrop vient de réaliser  un cinquième tour de table au cours duquel elle a levé 90 millions de dollars. Son objectif : concevoir une technologie d'analyse de la voix capable d'examiner « 1400 attributs acoustiques » pour vérifier un appel ou une commande vocale. Cette technologie sera par la suite intégrée dans un logiciel destiné à protéger les identités vocales des utilisateurs d'assistants vocaux. 

Selon la start-up, qui est basée à Atlanta (État de Géorgie, États-Unis), le nombre d'escroqueries basées sur la voix a augmenté de 350 % entre 2013 et 2017. Les Américains utilisent en effet leur téléphone et les assistants vocaux, pour réaliser des tâches de plus en plus sensibles, comme payer une facture en faisant intervenir un instrument de paiement tel qu'une carte de crédit, ou pour désactiver le système de sécurité domestique. Mais bien entendu, ce faisant, ils augmentent les opportunités pour des pirates malveillants à avoir l'accès à ces fonctions.

Un potentiel énorme

Pindrop aide déjà les centres d'appels de 8 des 10 plus grandes banques des États-Unis à identifier les escroqueries téléphoniques, en faisant appel à des caractéristiques acoustiques uniques, comme le type d'appareil, l'opérateur, et la localisation de l'appel, pour identifier des similitudes entre des appels (répétitions), et de possibles escroqueries basées sur des voies synthétisées.

La cerise sur le gâteau, que c'est qu'une telle technologie d'identification vocale pourrait avoir des applications secondaires énormes. Elle permettrait en effet de donner une nouvelle dimension aux technologies vocales, en faisant de nos voix une nouvelle empreinte digitale, qui pourrait être employée comme sésame ou mot de passe pour toutes sortes de fonctionnalités. 

C'est sans aucun doute ce que les investisseurs qui ont accepté de miser une nouvelle fois sur cette start-up ont bien compris.

Sur le même sujet :