Cover image

© iStock

Economie

Le Brexit a déjà créé 3.500 emplois à Bruxelles

Des milliers d'emplois du secteur des technologies sont passés du Royaume-Uni vers Bruxelles en raison du Brexit. Selon un leader du secteur, de nombreux autres emplois devraient être créés lorsque la Grande-Bretagne quittera l'Union européenne.  

Pas moins de 3.500 postes du secteur technologique ont été transférés du Royaume-Uni vers la capitale belge, a expliqué Juan Bossicard, le président du Microsoft Innovation Centre de Bruxelles.

Exode

Le flux de travailleurs du secteur technologique quittant le Royaume-Uni a commencé durant l'été 2016, a précisé Bossicard.

"Depuis le début du Brexit, 3.500 emplois ont été transférés du Royaume-Uni vers Bruxelles et nous prévoyons que beaucoup d'autres seront créés après la tenue officielle du Brexit", a-t-il déclaré.

Selon Juan Bossicard, le Brexit représente une énorme opportunité pour Bruxelles. La ville offre en outre de nombreuses possibilités aux entreprises britanniques, notamment en raison de son accès au marché unique et de sa bonne liaison avec d'autres pays européens.

Pertes d'emplois

Avant le référendum sur l'UE, les pertes d'emplois liées au Brexit avaient été chiffrées à plusieurs centaines de milliers. Toutefois, depuis le vote, ces prévisions ont été revues à la baisse.

Néanmoins, la Banque d'Angleterre a annoncé que le Royaume-Uni allait perdre 5.000 emplois dans le secteur des services d'ici la fin mars 2019. Cette projection a été approuvée par le Trésor britannique.

Les députés britanniques doivent commencer à débattre de l'accord de Theresa May lors d'un vote qui doit avoir lieu dans les prochains jours.

Hier, un fonctionnaire de la Cour de justice des Communautés européennes a déclaré que l'article 50 pourrait être abrogé unilatéralement.

L'avocat de la Cour de justice de l'Union européenne, cité par le journal L'Echo, a proposé à la CJUE de déclarer que l'article 50 autorise la révocation unilatérale de la notification de l'intention de se retirer de l'Union européenne.

Suite aux déclarations de l'avocat général, la livre s'est hissée à 1,2840 dollar vers 10h00 GMT, soit une augmentation de 0,9%, rapporte encore le journal.

Lire aussi