Cover image

© Wikipedia/Lindholm

Economie

Le Danemark va déporter les criminels étrangers sur une île isolée

Au Danemark, les criminels étrangers vont être déportés sur une île isolée au large des côtes du pays, a annoncé le gouvernement.  

Le ministre des Finances, Kristian Jensen, a déclaré que les criminels étrangers seraient détenus dans un établissement situé sur l'île de Lindholm, une île inhabitée de sept hectares de la province de Vordingborg. Le centre sera mis en service en plusieurs phases et sera achevé d’ici 2021, rapporte The Telegraph.

Ce projet est le résultat du nouvel accord budgétaire entre le gouvernement de coalition conservateur danois et son allié anti-immigration, le parti du peuple danois (Dansk Folkeparti, ou DF).

Le parti du peuple danois a célébré cette annonce en publiant sur son compte Twitter un dessin animé montrant un homme à la peu foncée se faisant larguer en bateau sur une île déserte.

"Les criminels étrangers n'ont aucune raison d'être au Danemark. Nous les transporterons sur l'île de Lindholm où ils seront obligés de rester la nuit dans le nouveau centre de déportation, jusqu'à ce que nous puissions nous en débarrasser", a expliqué un porte-parole du DF.

Des policiers seront présents sur l'île.

Demandeurs d'asile déboutés coupables de crimes

L'installation de Lindholm hébergera des demandeurs d'asile déboutés reconnus coupables de crimes ainsi que des citoyens étrangers non autorisés à rester dans le pays mais qui ne peuvent pas être expulsés pour des raisons juridiques.

Par exemple, les détenus apatrides et d'autres provenant de pays qui n'ont pas d'accord de réadmission avec le Danemark seront envoyés sur l'île.

"Ils ne seront pas emprisonnés. Un service de ferry sera mis en place vers et depuis l'île. Mais le ferry ne fonctionnera pas 24 heures sur 24 et les détenus devront rester dans les centres pendant la nuit. De cette manière, nous pourrons mieux surveiller où ils se trouvent", a déclaré Kristian Jensen à l'agence de presse danoise Ritzau.

Critiques

Sur le site d'informations danois The Local, plusieurs personnalités de l'opposition ont vivement critiqué ces mesures qualifiées d'"effondrement humanitaire".

"Le gouvernement vert que je souhaite diriger ne contraindra jamais les personnes à se rendre sur une île déserte", a déclaré Uffe Elbæk, candidat au poste de Premier ministre et chef du parti Alternative. "Cette politique inhumaine crée un Danemark complètement différent du pays que j'aime", a-t-il encore déclaré.

Selon Morten Østergaard, chef du Parti social-libéral danois, cette solution n'est qu'un geste symbolique qui ne s'attaquera pas à la cause fondamentale des problèmes de criminalité et d'immigration dans le pays.

Au Danemark, il existe déjà deux centre de détention pour criminels étrangers et demandeurs d'asile déboutés : Kærshovedgård et Sjælsmark.

Bien que près de 87% de la population du pays soit composée de Danois, le nombre de migrants et de réfugiés de pays non occidentaux tels que l'Afghanistan et la Syrie a fortement augmenté au Danemark.

Lire aussi