Cover image

© Pixabay/Michael Gaida

Economie

Le Japon offre maintenant des maisons gratuites

Le Japon compte de plus en plus de logements vacants. Il s'agit d'un problème qui devrait persister en raison du vieillissement de la population et du fait que les Japonais quittent de nombreuses villes et délaissent les villages.  

Les logements abandonnés au sein de la troisième plus grande économie du monde font partie des effets secondaires du changement démographique du pays les moins évoqués. Toutefois, ce phénomène attire de plus en plus l'attention compte tenu du nombre croissant du maisons abordables et même gratuites, mises en vente sur des sites internet nommés "banques akiya".

Akiya est le terme japonais pour désigner les logements vacants. Un nombre important de ces sites internet en été développés par le gouvernements locaux et les communautés afin de mieux gérer l'offre et la demande pour la proportion croissante de maisons vides dans leurs villes respectives.

Actuellement, le phénomène des logements vacants se concentre principalement dans les régions rurales. Cependant, les experts indiquent que le problème commence à se manifester de plus en plus dans les grandes villes.

Vieillissement

Selon Rajiv Biswas, économiste auprès du consultant IHS Markit, le Japon subira d'importants effets économiques et sociaux en raison du vieillissement démographique au cours des trois prochaines décennies.

Sur plusieurs sites internet, les maisons proposées sont gratuites et l'acquéreur ne doit payer que les taxes et les frais tels que les commissions des agents.

"C’est généralement parce que les propriétaires ne peuvent plus s’occuper de la propriété ou ne veulent pas payer la taxe foncière applicable au Japon pour une maison qu’ils n’utilisent pas", explique le site immobilier REthink Tokyo dans un rapport publié en octobre. 

Les logements gratuits nécessitent également une rénovation majeure car ils sont vieux et délabrés. Toutefois, certaines collectivités locales, telles que les préfectures de Tochigi et de Nagano, offrent des subventions pour les travaux de rénovation de logements vacants.

Les prix des autres maisons vacantes varient entre 4.500 et 175.000 dollars, selon l’emplacement, l’âge et l'état du bien.

Grandes villes

Il y a dix ans, le Japon comptait près de 7,57 millions de propriétés vacantes enregistrées, soit 13,14% du nombre total de logements japonais. Il y a cinq ans, il y avait près de 8,20 millions de propriétés vacantes, soit 13,52% du parc immobilier national total. "Dans quinze ans, la part des logements vacants au Japon devrait atteindre plus de 20%", selon l'institut de recherche Fujitsu.

Jusqu'à présent, les logements vacants étaient largement concentrés dans les villes rurales, mais le phénomène commence à apparaître de plus en plus dans les banlieues et les grandes villes. Tokyo avait une vacance de 11,1% il y a cinq ans, l'un des pourcentages les plus bas du pays. Cependant, d'ici 2033, la proportion de logements vacants au Japon devrait dépasser 20%.

"Même en réduisant de moitié le nombre de nouvelles maisons et en doublant la démolition d'anciens bâtiments, il sera pratiquement impossible de réduire les taux de logements vacants. Les logements vacants deviendront sans doute un problème plus grave à l'avenir", a déclaré l'institut dans un communiqué.  

Lire aussi