Cover image

© EPA

Economie

Le gouvernement japonais offrira 27.000 dollars aux personnes qui quittent Tokyo

Selon la NHK, entreprise publique qui gère les stations de radio et de télévision du service public japonais, à compter du prochain exercice, le gouvernement japonais envisage de donner jusqu'à 3 millions de yens (27.000 dollars) aux personnes qui décident de quitter les 23 quartiers de Tokyo afin de trouver un emploi dans un autre région. 

Tokyo et la grande région métropolitaine qui entoure la capitale, dont la population est de 38 millions d'habitants, ont souvent résisté à la tendance démographique japonaise. En effet, leur population diminuait. Cependant, cela se faisait au détriment d'autres villes.

L'année dernière, Tokyo et les préfectures de Chiba, Kanagawa et Saitama ont enregistré une croissance démographique importante. Selon la NHK, citée par le magazine Quartz, le nombre de personnes s'installant à Tokyo a dépassé le nombre de personnes qui ont quitté le pays depuis 22 ans. Au Japon, près d'une personne sur trois vit dans la région de Tokyo.

Allègement fiscaux

Etant donné que plus en plus de personnes quittent d'autres grandes villes telles Sendai et Sapporo dans le nord du Japon pour rejoindre Tokyo, le gouvernement a décidé d'encourager la population à se réinstaller dans ces zones en proposant par exemple des allègements fiscaux.

L'année dernière, le centre industriel d'Aichi, dans le centre du Japon, a connu un afflux de travailleurs étrangers. Au Japon, hormis Nagasaki, chaque préfecture a enregistré une hausse du nombre d'étrangers l'année dernière. Par ailleurs, seule la préfecture d'Okinawa a connu une hausse de la population consécutivement au nombre de naissance dépassant le nombre de décès.

Revitalisation des régions

Depuis des décennies, dans le cadre d'un programme nommé "Revitalisation des régions", le gouvernement japonais tente d'attirer les habitants en-dehors de la capitale et de les aider à se réinstaller dans les zones dépeuplées et délabrées. Certaines administrations locales ont pour ce faire eu recours à des réductions d'impôts afin d'encourager les entreprises à quitter la région de Tokyo ou subventionnent les coûts de réinstallation.

Le gouvernement central a même envisagé de reloger une partie de la population âgée de Tokyo à l'extérieur de la capitale.

D'un autre côte, les jeunes habitants ont tendance à vouloir quitter la vie urbaine de Tokyo pour s'installer au sein de régions plus petites, moins chères et plus calmes du Japon. Certaines régions parviennent à convaincre les personnes et les entreprises à quitter Tokyo. Par exemple, Fukuoka, une ville de taille moyenne située sur l'île de Kyūshū, a connu un afflux important de travailleurs du secteur technologique et de jeunes entreprises, motivés par les coûts moins élevés de la ville et par la proximité des talents et des marchés d'autres régions asiatiques.

Cependant, la bureaucratie gouvernementale, les principales écoles et la plupart des entreprises sont toutes concentrées à Tokyo et la possibilité de s'évader de la capitale ne reste qu'un rêve pour la plupart des Japonais. 

Lire aussi