Le président français Emmanuel Macron passe en revue les troupes françaises en compagnie de la chancelière allemande Angela Merkel à l'occasion des commémorations du 11 novembre 2018

© EPA

Politique

Une armée européenne serait la deuxième plus grande du monde après celle de la Chine

Si l'union européenne se dotait d'une armée, celle-ci serait composée de 1,45 million de soldats, ce qui en ferait la 2e plus grande du monde.

L'amitié inattendue entre le président américain Trump et son homologue français Emmanuel Macron, que les médias avaient rapidement qualifiée de "Bromance", semble avoir définitivement pris fin le weekend dernier. 

'Très insultant'

Durant le week-end de commémoration du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, l'appel de Macron à réfléchir à une "armée européenne" a pas été très bien pris par son homologue américain. Trump a qualifié la proposition de "très insultante" et a appelé les Européens à respecter leurs obligations financières (2 % du PIB national) envers l'OTAN.

De retour à Washington, Trump n'a pas perdu de temps et a lancé une série de tweets furieux dans lesquels il a souligné l'impopularité de Macron dans son propre pays. Il a également blâmé les pratiques commerciales déloyales des Français et menacé de prélever des taxes à l'importation aux États-Unis sur les vins français, très populaires outre Atlantique.

Macron change de camp

Macron est maintenant pris entre le marteau et l'enclume. Le président français semble lui aussi avoir été élu «to make France great again», et une relation chaleureuse avec Trump semblait présenter un grand avantage pour que son pays retrouve son statut sur la scène internationale. Mais maintenant que Trump se retourne contre le monde entier et compte tenu de son immense impopularité en Europe, Macron aura probablement pensé qu'il était temps de changer de camp.

Le président américain Donald Trump et le président français Emmanuel Macron assiste ensemble au défilé militaire français sur les Champs-Élysées le 14 juillet 2017.

© Getty Images

L'idée d'une armée européenne n'est certainement pas nouvelle et resurgit sporadiquement de temps en temps. L’Union européenne coopère dans tous les domaines imaginables, sauf dans celui de la défense. C’est une conséquence des conflits sanglants qui ont coûté la vie à des dizaines de millions de personnes au XXe siècle.

Le 21ème siècle pose d'autres défis, avec la montée en puissance de la Chine, la militarisation renouvelée de la Russie et la modification sensible de la politique internationale du traditionnel allié européen, les États-Unis, sous l'impulsion de Trump. Macron veut faire de l'Europe une puissance mondiale non seulement sur le plan économique, mais aussi en termes de défense.

L'initiative d'intervention européenne

Il existe déjà une version miniature d’une telle force d’intervention européenne, l’Initiative d’intervention européenne. Une douzaine de pays - dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, mais aussi la Belgique - se sont regroupés pour mettre en œuvre des interventions rapides en cas de catastrophe ou dans des zones de guerre (Syrie). Une extension de cette initiative pourrait éventuellement offrir une alternative à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), dominée par les États-Unis, qui inclut la plupart des pays de l’UE.

Macron se heurte violemment à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de l'Europe

Macron veut maintenant aller de l'avant, mais ses propositions se heurtent maintenant à une forte opposition, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Europe.

D'un côté, il y a Trump qui pousse les pays de l'OTAN depuis deux ans avec plus ou moins de succès à respecter leurs obligations financières. Il y a de fortes chances qu'il encourage désormais les pays qui n'approuvent pas les propositions de Macron à renforcer la pression sur la France. Des mesures américaines pour contrecarrer le commerce français font également partie des possibilités.

Un défilé de militaires chinois en uniforme blanc

© Getting Images

Complémentaire avec l'OTAN, et non contre l'OTAN

Mais même au sein de l'UE, l'idée d'une armée européenne n'est pas évidente. La chancelière allemande Merkel, aujourd'hui sur le départ, a exprimé son soutien à la vision de Macron d'un appareil de défense européen unifié et indépendant. Celui-ci devrait être complémentaire, et certainement pas un adversaire de l'OTAN, selon Merkel, qui a répété une nouvelle fois que "le temps où nous pouvions compter sur les autres est maintenant définitivement révolu". 

Mais le fait qu'aujourd'hui 45 000 soldats américains se trouvent toujours sur le territoire allemand ne facilite certainement pas les choses. Sans oublier la protection offerte par le parapluie nucléaire américain à l'Europe. En Europe orientale et dans les États baltes également, l'idée d'une armée européenne ne fait pas nécessairement partie des priorités. Les anciens pays satellites du bloc soviétique préfèrent compter sur les Américains pour tenir la Russie vindicative à distance et ne veulent pas d'une lutte de pouvoir avec Trump.

La plus grande armée du monde, après celle de la Chine ?

Si jamais elle voyait le jour, une armée européenne serait la deuxième  plus grande armée du monde. Les pays de l’UE pourraient alors mobiliser tous ensemble 1,45 million de soldats pour concurrencer les superpuissances militaires mondiales.

Une carte qui montre la répartition des effectifs militaires en fonction des pays de l'union européenne et qui compare les effectifs d'une éventuelle armée de l'UE avec ce de l'armée russe, des États-Unis, et de la Chine

Sur le même sujet :