Hallstatt au lever du soleil

© iStock/aroxopt

Economie

Ce village autrichien de 780 habitants accueille chaque année 1 million de touristes

Le petit village autrichien de Hallstatt, situé dans la région du Salzkammergut, à mi-chemin entre Munich et Vienne, a acquis une incroyable notoriété, notamment en Asie. L'année dernière, il a accueilli pas moins d'un million de touristes. 

Il faut dire qu'Hallstatt, une bourgade classée au Patrimoine mondial de l'Unesco qui ne compte pas plus de 780 habitants, offre une vision idyllique de carte postale à tous ses visiteurs : des chalets qui se serrent autour d'une église qui semble défier les montagnes majestueuses environnantes, le tout se reflétant dans un lac aux eaux calmes. Des chalets, des montagnes, un lac : un concentré de charme et de bonheur qui n'a pas manqué de faire le tour des réseaux sociaux, et d'acquérir une incroyable popularité.

"Tout le monde connaît Halstatt en Chine"

Lien Bo, la gérante d'un restaurant à Chongqing, en Chine, venue pour voir de ses yeux le village que ses amis avaient visité avant elle, ce qu'ils avaient largement illustré sur les réseaux sociaux.

Les tour-opérateurs l'ont bien compris, qui intègrent désormais Hallstatt aux circuits qu'ils proposent en Europe centrale. Hallstatt est devenu une étape incontournable entre Munich, Salzbourg, Vienne et Budapest. Désormais, les touristes arrivent par cars entiers, et l'année dernière, on a dénombré plus d'un million de visiteurs. Dans certains cas, ils ne restent pas plus de 2 heures. La majorité ne vient que pour la journée, mais le village a tout de même enregistré 150 000 nuitées l'année dernière, un record.

Alexander Scheutz, le maire d'Hallstatt, rappelle que la commune était endettée il y a encore quelques années. Désormais, grâce au tourisme, elle dispose d'un budget confortable de 4,4 millions d'euros, lui permettant de dégager un excédent de 160 000 €. En particulier, les toilettes publiques sont devenues une véritable manne, générant pas moins de 150 000 € par an, un montant supérieur à celui des recettes fiscales liées à la taxe foncière.

Une reconstitution à l'identique en Chine

Mais les habitants ne partagent pas forcément son enthousiasme. Beaucoup constatent que les commerces de la ville se concentrent désormais essentiellement sur les touristes, et qu'ils vendent désormais plus de magnets et de bouteilles d'eau que de produits alimentaires. De plus, ils les accusent d'avoir opportunément augmenté leurs prix d'environ 30 %.
Certains ont également été agacés lorsqu'ils ont appris que leur village avait été reconstitué à l'identique dans la province chinoise du Guangdong en 2012, sans qu'on leur demande préalablement leur avis. D'autres apprécient cet hommage.

Des habitants ont proposé que les touristes payent un droit d'entrée, mais le maire, membre du parti social-démocrate SPÖ, fait part de son désaccord : « Nous ne sommes pas un musée, mais une commune sociale-démocrate traditionnelle. Nous ne voulons pas d'un tourisme de luxe inaccessible pour les familles avec enfants ».

Néanmoins, il concède qu'il faudrait augmenter les frais de stationnement, notamment pour les cars, qui, comme les non-résidents, n'ont pas accès au village, et payent actuellement 30 € par jour de frais de parking. Il envisage de s'aligner sur le barème de Salzbourg et de faire passer ce coût à 100 €.

Le village veut aussi revoir son plan de circulation. Personne n'est contre le tourisme, mais il faut le canaliser. "Pour le moment, c'est beaucoup trop", explique Andrea Zimmermann, un habitante qui réside à proximité de ce que les Asiatiques ont surnommé "le point photo", l'endroit qui offre la plus belle vue sur le village, devenue mythique et omniprésente sur Internet (notre photo de couverture). 

Beaucoup de touristes croient  que le village est un Disneyland miniature

"Le pire, c'est le bruit. Les premiers arrivent au lever du soleil, les derniers prennent encore des photos de nuit". Dans ces conditions, il n'est plus possible de prendre ses repas sur la terrasse de la maison. Et de nombreux touristes ne respectent pas l'intimité des habitants. « Il est fréquent qu'un drone vole et prenne des photos ou des vidéos », précise-t-elle. Pour résoudre ce problème, le village a fait installer des panneaux invitant les tourisme à respecter la vie privée des habitants.

Mais beaucoup ne comprennent pas ces injonctions, parce qu'ils croient que le village est un parc d'attractions, une sorte de Disneyland miniature. « Parfois, ils sont vraiment abasourdis quand on leur dit : on vit ici », explique un habitant.

Et ce n'est qu'un début...

Pour le moment, et même s'ils semblent déjà très nombreux, les Asiatiques qui voyagent à l'étranger ne constituent qu'une infime minorité. Mais comme la classe moyenne grossit de jour en jour en Asie, il faut s'attendre à ce cette cohorte grossisse encore et encore. Les habitants d'Hallstatt, comme ceux de Venise, de Barcelone, ou encore d'Édimbourg, devront donc prendre leur mal en patience.

Sur le même sujet :