Des militants indépendantistes catalans brandissent le drapeau de la Catalogne

© EPA

Politique

Les séparatistes catalans veulent punir les entreprises qui ne sont pas sur la même ligne

Le mouvement indépendantiste catalan Assemblea Nacional de Catalunya (ANC), une organisation qui cherche à former un État catalan indépendant, va créer une base de données sur Internet répertoriant toutes les entreprises non favorables à l'indépendance.

C'est ce qu'annonce l'ANC sur son site web. La campagne est simple : 

Dans un première temps, on demandera aux entreprises qui souhaitent être des fournisseurs de produits ou de services de s’inscrire sur le registre des fournisseurs stratégiques. Après cela, des "consommateurs stratégiques", des particuliers ou des entreprises souhaitant changer de fournisseurs, pourront s’inscrire via un second registre. L'ANC les mettra en contact avec les prestataires de services. 

"Les fournisseurs de services qui correspondent le mieux à votre vision économique d'une République catalane"

L’appel au consommateur est le suivant : "Nous publierons les informations nécessaires concernant chaque entreprise afin que vous puissiez choisir vous-même le prestataire de services qui répondra le mieux à vos besoins et à votre vision économique de la République catalane".

Les deux registres sont ensuite regroupés, ce qui générera automatiquement une liste de «sociétés liées idéologiquement», qui sera rendue publique. Selon l'un des initiateurs, l'ANC ne publiera pas de liste des "bonnes ou des mauvaises entreprises" et les entreprises seront en mesure de décider par elles-mêmes avec qui elles iront.

Discrimination négative

Dans le monde des affaires, l’initiative suscite déjà de vives critiques. On évoque une discrimination négative, un appel au boycott déguisé en "sélection de fournisseurs" et tous ceux qui ont une "vision économique de la République catalane" différente seront exclus.

De manière remarquable, l’initiative vient d’Elisenda Paluzie, ancienne doyenne en sciences économiques de l’Université de Barcelone. Les économistes pensent généralement que les obstacles au commerce sapent le marché intérieur, ralentissent l’économie et nuisent au consommateur.

La campagne menace de pourrir encore davantage l’atmosphère dans l’État fédéral. Depuis le référendum illégal du 1er octobre 2017, plus de 5 350 entreprises ont quitté la Catalogne . Le chiffre d'affaires qui s'est envolé de Catalogne avoisine les 20 milliards d'euros. De façon ironique, c'est l'Etat de Madrid qui a le plus profité de cet exode, puisqu'il a accueilli plus de 60 % de ces entreprises.

20 % du PIB ont quitté la Catalogne

Josep Bou, président de l'association patronale Empresaris de Catalunya, a estimé  cet été que plus de 20 % du produit intérieur brut catalan avaient quitté l'Etat catalan

Sur le même sujet :