Le président américain Donald Trump vu de dos tandis qu'il salue la foule venue le voir à un meeting de campagne pour les élections de mi-mandat

© Getty Images

Politique

Trump est le "Magic Man"

Aux Etats-Unis, les résultats des élections de mi-mandat sont tombés. Sans surprise, les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des représentants, qu'ils avaient perdu en 2008. En revanche, les républicains conservent le Sénat. Trump risque donc d'être confronté ç une seconde partie de mandat bien plus difficile que la première. Les prochains mois pourraient être sanglants. 

Trump est le "Magic Man" ('l'homme magique')

Le président américain Trump se félicite de la victoire républicaine aux élections sénatoriales. Aux premières heures de la matinée, il a envoyé un certain nombre de tweets dans lesquels il se qualifie «d'homme magique». Il ne mentionne cependant pas le fait que les démocrates ont repris la Chambre des représentants.

Contrairement à ce qui s'était passé il y a deux ans, les sondages ont vu juste cette fois-ci.

Les démocrates ont remporté 222 sièges à la Chambre des représentants, contre 199 pour les républicains, ce qui leur confère la majorité. La dernière fois que les démocrates avaient eu le plus de sièges à la Chambre remonte à 2008.

Les courses les plus suivies ont été extrêmement excitantes et ont été remportées dans les deux cas par les républicains. En Floride et au Texas, les candidats démocrates ont finalement dû déclarer forfait.

Pas de 'vague bleue' mais un 'mur rouge'

Il n'est cependant pas question d'une «vague bleue», comme certains l'avaient annoncé, prédisant que les démocrates allaient conquérir la Chambre et le Sénat. Au contraire, au Sénat, on peut parler d'un «mur rouge», ce qui facilitera encore plus la tâche de Trump à la nomination de candidats controversés à la fois au tribunal et à son cabinet.

Il n'est donc pas question d'un vote massif anti-Trump. Le président bénéficie donc clairement des avantages de son énorme engagement et de sa visibilité lors de ces élections. Trump avait transformé cette échéance électorale en référendum sur sa personne et a réussi à sauver la peau d'un certain nombre de candidats républicains. Trois personnalités démocrates des "races"  locales (Andrew Gillum en Floride, Stacey Abrams en Géorgie et Beto O'Rourke au Texas) ont été battues. Les deux postes de gouverneur les plus recherchés du pays - la Floride et l’Ohio - les «États alternatifs» - sont passés aux candidats du GOP. Un énorme avantage pour Trump pour sa réélection en 2020.

Trump aura plus de difficultés, mais ne sera pas paralysé

Une majorité d'opposition à la Chambre des représentants pendant les deux dernières années de gouvernement avant les prochaines élections présidentielles fera tout sauf paralyser Trump. 

Il reste commandant en chef et peut donc tout faire, surtout dans le domaine militaire, en tant que commandant ultime, sans que le Congrès ne puisse le bloquer immédiatement. Il conserve également son droit de veto car les démocrates ne disposent pas de la majorité des deux tiers nécessaire au Sénat pour pouvoir annuler un veto. Enfin, il peut exercer son autorité présidentielle en promulguant des "executive orders", des décrets. 

Il n'y a plus de centristes républicains

Mais les États-Unis sont encore plus divisés qu'il y a 24 heures. D'un côté, il y a les femmes qui se sont massivement mobilisées (un démocrate sur trois à la Chambre des représentants est maintenant une femme) et qui ont remis la Chambre aux mains des démocrates. Les femmes ont donné 20 % de voix en plus aux démocrates qu'au GOP. De son côté, Trump a réussi à prendre le contrôle du parti républicain, où tout le monde lui est maintenant redevable. Tous les sièges du Sénat qui ont été perdus par des démocrates ont été repris par des «Trumpistes», des politiciens bien disposés à l'égard de la doctrine Trump.

La campagne présidentielle de 2020 commence dès aujourd'hui

La campagne pour les élections présidentielles de 2020 commence dès aujourd'hui et les démocrates feront tout pour rendre la vie de Trump aussi difficile que possible. Ils ne pourront le faire tant aux niveaux local et national, en bombardant Trump et son entourage de poursuites judiciaires. La destitution ("impeachment") de Trump semble plus loin que jamais en raison de la manière dont il a réussi à conquérir son pouvoir au Sénat. Les chances que les démocrates présentent une femme comme candidate ont augmenté depuis mardi. Mais cette femme devra proposer un programme qui ira au-delà de sa position anti-Trump.

Sur le même sujet :