Un petit garçon chinois joue avec son chien

© iStock/real444

Politique

Dans cette ville chinoise, on peut confisquer un chien si son maître ne le tient pas en laisse

À Jinan, la capitale de la province du Shandong dans l’est de la Chine, la municipalité a mis en place un système de permis à points… pour les propriétaires de chiens.

En effet, depuis l’année dernière, les maîtres sont pénalisés s’ils ne respectent pas un certain nombre de règles, par exemple s’ils ne ramassent pas les crottes de leurs chiens ou s’ils promènent leurs compagnons sans laisse.

Une politique de "crédit social" pour les possesseurs de chiens

Ce procédé n’est pas sans rappeler la politique de « crédit social » instaurée par le gouvernement chinois en 2014, un score qui note le comportement des citoyens à l’échelle nationale.

Parmi les consignes à respecter, on retrouve des règles qui relèvent du bon sens et du savoir-vivre, et d’autres qui sont plus strictes et moins évidentes. Par exemple, les propriétaires doivent être en mesure de présenter le permis qui les autorise à posséder un chien quand ils sont en public avec leur animal. Les canidés doivent être promenés en laisse d’une longueur maximale de 1,5 mètre, et ils doivent être supervisés sur la voie publique par une personne de plus 18 ans, mais certains endroits (comme les transports publics ou les hôtels) leur sont interdits.

Des sanctions qui peuvent aller jusqu'à la confiscation de l'animal

Les contrevenants s’exposent à une perte de points accompagnée d’amendes de 25 à 63 euros. Si le nombre de points tombe à zéro, les autorités peuvent confisquer l’animal. Pour récupérer leur compagnon et leurs points, les propriétaires doivent passer un questionnaire à choix multiple pour tester leurs connaissances concernant le règlement canin en vigueur.  

Le système donne déjà des résultats positifs. Le nombre de plaintes concernant des animaux non tenus en laisse a baissé de 43% en 2017 par rapport à 2016. Sur cette même période, les autorités ont constaté une réduction de 65% des troubles et attaques liés aux chiens, selon le Beijing Youth Daily.

Sur le même sujet :