déchets de plastique sur une plage

© iStock/MBPROJEKT_Maciej_Bledowski

Politique

Le Parlement européen interdit les articles de plastique à usage unique d'ici 2021

Mercredi, le Parlement européen a approuvé avec une large majorité l'interdiction des articles en plastique à usage unique en Europe d'ici 2021. Pailles, assiettes, couverts, tiges pour ballons, touillettes et cotons-tiges devraient donc disparaître de notre quotidien à partir de 2022, si le Conseil européen avalise ce texte. 

La proposition d'interdire les objets en plastique à usage unique au sein de l'Union Européenne a été approuvée par 571 voix contre 53.

80 % des déchets marins

Les eurodéputés ont banni les plastiques oxo-dégradables, tels que les sacs ou les emballages de restauration rapide en polystyrène, qui sont censés être biodégradables, mais qui produisent des micro-particules de plastique lorsqu'ils se désagrègent. L’utilisation d’autres matières plastiques, telles que les emballages de hamburgers à usage unique et les boîtes à sandwich, pour lesquels il n'existe pas encore d’alternative biodégradable valable, sera réduite d’au moins 25 % d’ici 2025. De même, la proposition prévoit le recyclage de 90 % des bouteilles de boisson, d'ici cette échéance. Enfin, les déchets issus de la consommation de tabac, en particulier les filtres de cigarettes, pourraient être inclus dans ces programmes de réduction progressive. 

La Commission avait présenté ce texte en mai, après qu'une enquête avait conclu que ces articles de plastique constituent 80 % des déchets qui polluent les océans. Chaque année, cette pollution coûte entre 

"Ça défigure nos plages, ça tue nos océans, ça tue nos animaux et (...) ça affecte la santé humaine. Alors s’il y a des alternatives, on interdit", a déclaré la rapporteure de cette loi, la Belge Frédérique Ries, (ALDE, libéraux). Sans surprise, les ONG environnementalistes se félicitent de ce vote, que certains qualifient d'historique. "Le Parlement européen est entré dans l’histoire", a dit Justine Maillot de Rethink Plastic, une fédération d'ONG qui militent contre l'utilisation du plastique.

Une paille par rapport à l'activité de la filière plastique en Europe

De l'autre côté, les industriels du plastique n'exultent pas. Selon Hervé Millet, directeur des affaires techniques et réglementaires Europe de l'Ouest de PlasticsEurope, le manque à gagner pour les producteurs mondiaux pourrait atteindre 3 milliards d'euros. Une paille... si l'on peut dire, par rapport au chiffre d'affaires de 350 milliards d'euros de la filière plastique en Europe. 

Néanmoins, la fédération européenne du secteur PlasticsEurope estime que la portée du texte est "disproportionnée", et objecte que a pollution n'est pas liée à l'existence des articles de plastique, mais à  un "manque de sensibilisation", concernant leur utilisation : "Les causes profondes des déchets marins sont une mauvaise gestion des déchets".

Le texte devrait maintenant être soumis au Conseil de l'Union Européenne d'ici la fin de l'année, et la Commission souhaite qu'il entre en vigueur à partir de 2022. 

Sur le même sujet :