La bourse japonaise à Tokyo

© iStock/ winhorse

Economie

Pourquoi le marché boursier japonais est condamné à être baissier

Une étude de la banque Nomura révèle que la démographie particulière du Japon a une incidence directe sur le cours des actions du pays. Ceux-ci sont en effet corrélés avec la mortalité de la population. 

En effet, lorsque le détenteur d'un portefeuille d'actions décède, ses héritiers liquident en moyenne 80 % des actions qui leur ont été léguées. Et ce sont ces ventes qui exercent une pression à la baisse sur le cours des actions japonaises.

La génération des baby-boomers

Cette tendance devrait s'intensifier au cours des 3 prochaines décennies, avec l'arrivée en fin de vie de la génération des baby-boomers. Un peu plus d'1,3 million de Japonais sont décédés l'année dernière, et dans une vingtaine d'années, on devrait recenser 1,7 million de décès. 

Elle menace aussi de neutraliser la politique économique du Premier ministre Shinzo Abe, qui tente de convaincre ses concitoyens de placer une plus grande partie de leur épargne dans des actifs plus risqués : les actions. Actuellement,  2000 milliards de yen, soit environ 15,6 milliards d'euros, sont revendus chaque année par les héritiers des investisseurs individuels décédés. Un tel volume a forcément un impact sur les cours.

70% des actions japonaises sont détenues par les plus de 60 ans

Les conclusions de Nomura permettent d'expliquer pourquoi chaque année, les ménages japonais vendent 3100 milliards de yen (environ 24,2 milliards d'euros) d'actions de plus qu'ils n'en achètent.

La banque a calculé que 70 % des 108 000 milliards de yen (environ 844 milliards d'euros) d'actions japonaises qui sont détenues par des particuliers sont entre les mains de personnes âgées d'au moins 60 ans

Sur le même sujet :