Un joueur de baseball américain fait une bulle avec son chewing-gum

© Getty Images

Economie

Ça se termine toujours mal : "La richesse des familles américaines est une grosse bulle"

La richesse retrouvée des États-Unis est le résultat d'une intervention artificielle de la banque centrale et cela va coûter très cher à l'économie et aux marchés boursiers.

Lorsque l'on examine l'économie mondiale aujourd'hui, on voit que les États-Unis sont à nouveau «le roi du monde». Un fait que le président Trump est trop heureux de réitérer à l'envi.

"Une blague, une farce et un mensonge gigantesque"

Mais la richesse retrouvée des États-Unis est le résultat d'opérations artificielles de la banque centrale. et cela coûtera cher à l'économie et aux marchés boursiers, affirme l'analyste Jesse Colombo de Clarity Financial, dans une vidéo qu'il a publiée sur le blog Real Investment Advice .

Un énième Cassandre ? Pas vraiment, car Colombo est l’un des rares analystes à avoir prédit avec exactitude la bulle immobilière et la crise financière qui a suivi en 2008.

«L’augmentation récente de la richesse américaine n’est rien de plus qu’une mascarade, une farce et un mensonge gigantesque qui doivent faire croire à tout le monde que tout est rose à nouveau. Alors que le moteur de ce mouvement n'est rien de plus que des bulles qui vont éclater et provoquer une crise qui sera pire que celle de 2008."

Ça se termine toujours mal

En juin, la richesse des familles américaines a atteint pour la première fois le montant 100 000 milliards de dollars. Colombo montre clairement sur la base du graphique suivant que cette richesse ne repose pas sur des fondations solides :

Ce dernier indique clairement que la richesse des ménages américains (ligne bleue) augmente plus rapidement que le PIB (ligne orange). Cela s'est produit à la fin du siècle dernier (bulle dotcom) et au milieu de la décennie précédente (bulle immobilière). A chaque fois, tout s'est mal terminé, selon l'analyste. "Et ce sera le cas à nouveau, mais ce sera encore pire", prédit-il.

L'évolution comparée de la richesse des familles américaines et du PIB des Etats-Unis

505 % du PIB

Un second graphique montre que la richesse totale des familles américaines cumulée depuis 1951 représente en moyenne 379 % du produit intérieur brut. Mais pendant la bulle dotcom, cette richesse est montée à 429 % et pendant la crise immobilière, à 473 %. Aujourd'hui, elle atteint même 505%.

L'évolution de la richesse cumulée des ménages américains relative au PIB américain depuis 1951

Actions surévaluées et immobilier surévalué

La bulle a deux causes, la première étant les parts de marché qui ont pris de la valeur depuis des années et qui sont intégrées dans les portefeuilles des principaux fonds d’investissement et de pension. Lorsque l'on divise la valeur totale de la bourse par le PIB - un indicateur favori de Warren Buffett -, il apparaît que le marché est encore plus surévalué qu’à l’époque de la bulle dotcom (lorsque la Silicon Valley «produisait en moyenne 60 millionnaires en dollars par semaine» ).

En outre, les prix de l'immobilier sont surévalués, affirme Colombo et ils constituent une partie importante de la richesse de la classe moyenne américaine.

Derrière tout cela se trouve la banque centrale FED, qui a inondé l’économie d’argent bon marché pendant des années. L’analyste en conclut que c’est la même FED qui fera éclater la bulle en relevant les taux d’intérêt et en durcissant sa politique monétaire.

Sur le même sujet :