Un homme boit une chope de bière

© Getty Images / Matthias Rietschel

Travel & Food

Le changement climatique peut faire doubler le prix de la bière

Une bière plus rare et plus chère : dans quelques années, ce constat ira probablement rallonger la liste des conséquences négatives du réchauffement climatique.

Des chercheurs se sont en effet chargés de calculer comment les changements de température affecteront les récoltes de l’orge, la céréale qui est l’ingrédient de base de la boisson alcoolisée. Comme les épisodes de sécheresses et de canicules vont devenir plus fréquents dans les régions où pousse l’orge, le volume de récolte diminuera, ce qui affectera directement les stocks de bière, leur disponibilité et leur prix.

Dans leur étude, publiée dans la revue Nature Plants, les chercheurs estiment que les agriculteurs  nombreuses régions ne pourront pas faire face aux conditions arides qui nous attendent. Ils ont modélisé les conséquences du changement climatique sur la culture de l’orge (et donc sur la consommation et le prix de la bière) d’ici 2100 dans cinq scénarios possibles, et prévoient une baisse de la production de la céréale entre 3 et 17%.

Une chute de la production mondiale de l'ordre de 16 %

Dans le pire scénario avec le changement climatique le plus extrême, la production mondiale de bière chuterait de 16% avec un prix moyen multiplié par deux. Dans le scénario le plus optimiste, la production mondiale baisserait de 4% avec un prix moyen relevé de 15%.

C’est ce que nous réserve peut-être l’avenir… mais déjà aujourd’hui, la filière est affectée : les cultures d’orge se déplacent vers d’autres régions, et les fermiers et les chercheurs essayent de créer des variétés d’orge plus résistantes au froid ou à la sécheresse, et qui nécessitent moins d’eau et de produits chimiques. 

Sur le même sujet :