Une affiche d'un parti politique letton

© EPA

Politique

Un pays de l'UE a choisi les Russes, les populistes et les partis anti-establishment

En Lettonie, le Parti Harmonie pro-russe a remporté les élections. Un nouveau parti populiste et un parti anti-corruption sortent respectivement deuxième et troisième.

Les élections en Lettonie ont été un peu oubliées, parce que les médias étaient focalisés sur le séisme politique qui s'est produit au Brésil ces derniers jours. Mais là aussi, les résultats des élections ont provoqué un glissement de terrain.

La Lettonie faisait partie de l'Union soviétique jusqu'en 1991 et elle a adhéré à l'Union européenne en 2004. Les relations entre la Lettonie et la Russie n’ont jamais été excellentes, mais elles elles se sont encore gâtées davantage après l’annexion de la Crimée par la Russie. Le président russe Poutine est heureux de prendre en compte les intérêts des Russes de souche dans les États baltes, mais la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie restent préoccupées par l'intensification de l'activité militaire russe dans la région.

Harmonie, pro-russe, est maintenant le plus grand parti de la Lettonie

Le résultat des élections ne réduira certainement pas les tensions existantes avec Moscou. Non seulement les partis populistes et anti-établissement ont été les grands gagnants du week-end, mais c'est également le parti Harmonie pro-russe qui, avec 19 % des voix, qui a gagné le titre de plus grand parti du pays. Un nouveau parti populiste et un parti anti-corruption ont émergé respectivement en deuxième et troisième position.

La coalition au pouvoir - composée de trois partis - n'a obtenu que 27 % des voix. Le parti du Premier ministre Kucinskis est parvenu à convaincre moins de 10 % des électeurs. Il est maintenant le sixième parti du pays.

Les électeurs étaient clairement scandalisés par les vastes scandales de corruption et de blanchiment d’argent qui ont caractérisé la coalition au pouvoir.

La question est de savoir si les pro-russes seront comme d'habitude exclus de la participation du gouvernement, car les autres partis politiques ont toujours refusé par principe toute coopération avec Harmonie.

Tusk met en garde contre "un tournant dramatique pour toute la région"

Le président de l'UE, Donald Tusk, avait averti dans la perspective des élections que le scrutin en Lettonie pourrait constituer un tournant dramatique pour toute la région, car ce serait un premier cas d'ingérence russe dans un pays de l'UE.

Les points de vue d'Harmonie sont souvent ambigus. Par exemple, le parti souhaite resserrer les liens économiques avec la Russie et plaide pour la levée des sanctions économiques contre Moscou. Néanmoins, le parti ne veut pas quitter l'OTAN ou l'UE. Mais à Bruxelles, on craint qu'un gouvernement letton, dont Harmonie ferait partie, ne subisse bientôt l'influence de Moscou.

Selon Tusk, la Russie fait tout ce qui est en son pouvoir pour saper l'UE. Le Polonais a donc inscrit le sujet à l'ordre du jour du prochain sommet de l'UE au lendemain d'une affaire qui a récemment mené à l'expulsion de quatre espions russes des Pays-Bas.

Sur le même sujet :