Des réfugiés attendent d'être enregistrés auprès du service d'asile du centre d'identification de Moria, île de Lesbos,

© EPA

Politique

L'Autriche et le Danemark présentent leur projet de centre de déportation pour demandeurs d'asile déboutés

La semaine dernière, le Danemark et l'Autriche ont présenté conjointement à Vienne un projet pour réformer le système de l'asile au sein de l'Union européenne. Ce projet prévoit d'établir un centre de déportation basé hors de l'UE pour les demandeurs d'asile refoulés.

La ministre danoise de la migration,  Inge Støjberg, s'était rendue à Vienne jeudi, où elle a rencontré le ministre de l'Intérieur autrichien, Herbert Kickl, membre du parti d’extrême droite autrichien, le FPÖ.

Støjberg est membre du parti libéral du Danemark (Venstre), et depuis juin 2015, elle occupe le poste de ministre de l’Immigration et de l’Intégration dans le gouvernement du Premier ministre Lars Løkke Rasmussen.

Un projet qui n'est pas nouveau

Leur projet vise à fournir un hébergement aux réfugiés déboutés du droit d'asile plus proche de leur pays d'origine, tout en perturbant les activités des activités de trafiquants.

La création de centres d’accueil hors de l’Europe, des “plate-formes de retour”, pour accueillir les migrants déboutés du droit d’asile en Europe, en attendant leur retour dans leur pays d’origine, est une idée chère à M. Kickl. Elle avait déjà été proposée cet été, mais jusqu’à présent, aucun pays situé hors de l'UE n’a accepté de se porter candidat pour ouvrir de tels centres sur son territoire. L'Egypte, le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, l’Albanie, et la Macédoine ont  tous décliné l’invitation jusqu’ici.

Quant à Mme Støjberg, l’année dernière, elle envisageait d’adopter un projet de l'extrême-droite danoise consistant à exiler les demandeurs d'asile déboutés par son pays sur une ou plusieurs des 300 îles inhabitées au large de la côte danoise.

Un centre d'accueil hors de l'UE pour décourager les migrants d'entreprendre le voyage

« Nous maintenons que [les réfugiés] devraient réclamer le droit d'asile dans le premier pays où ils arrivent, plutôt qu'on leur permette de voyager dans toute l'Europe », a affirmé Mme Støjberg. « De notre côté, nous nous engageons à augmenter les capacités d'accueil [des pays voisins des zones de conflit pour gérer les arrivées de demandeurs d'asile]. Cela peut signifier des choses telles que les soins de santé, l’éducation, les gardes-frontières, et un système pour gérer les demandeurs d'asile », a-t-elle ajouté.

Selon la ministre danoise, un centre d’accueil situé hors de l'UE réduirait la tentation des migrants de se rendre en Europe pour y trouver l'asile. « Si vous pouvez voir à quelle vitesse vous pouvez être renvoyé, il n'y a plus de raison de dépenser votre argent et de risquer votre vie pour vous rendre là-bas », a-t-elle dit.

Selon elle, le projet respecte les conventions de l'Union européenne en matière de droit des réfugiés, et elle a exhorté les autres pays membres à soutenir le projet.

Des contours encore très flous

Néanmoins, le site choisi et le calendrier pour l'ouverture de ce centre n'ont pas été révélés. M. Kickl s'est montré optimiste quant aux perspectives d’aboutissement ce projet, mais n'a pas voulu donner plus de détails.

Reste à savoir si ce projet sera accepté par les collègues européens de Mme Støjberg et M. Kickl. L’idée de la création de centres de déportation hors de l’UE avait déjà été évoquée cet été, notamment lors d’une réunion des ministres de l'Intérieur des pays membres de l’UE à Innsbruck en Autriche au mois de juillet, et n’avait pas été bien accueillie par un certain nombre d’officiels européens.

Sur le même sujet :