Brett Kavanaugh et Donald Trump

© Getty Images

Politique

Quiconque prend Trump pour un fou ne comprend rien à l'histoire

La nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême des États-Unis pour toute personne penchant vers le conservatisme un énorme succès, réalisé par Trump pour un électorat qui ne voulait rien d'autre que cela.

La politique reste le reflet le plus puéril et le plus immature de notre société. L'abominable comédie des petites déclarations qui a été jouée par les deux familles politiques pendant des semaines et qui a divisé encore davantage toute l'Amérique s'est enfin terminée samedi soir avec la nomination de Brett Kavanaugh en tant que juge à la Cour suprême américaine. 

50 sénateurs ont voté pour sa nomination, 48 ont voté contre. C'est la première fois de l'histoire qu'un juge à la Cour suprême dispose tout juste de la majorité.

L'équilibre au sein de la Cour suprême tourne enfin en faveur des républicains

L’équilibre au sein de la Cour suprême est en train de tourner résolument en faveur des républicains. Kavanaugh remplace le juge Anthony Kennedy, connu pour la versatilité de ses positions. Pourtant, la signature d'un juge n'est jamais contraignante et peut fluctuer en fonction du sujet ou du moment. Par exemple, le juge [maintenant retraité] David Souter a été nommé par le président républicain George HW Bush, mais s'entendait finalement davantage avec les juges libéraux.

Kavanaugh devrait choisir le parti des conservateurs, en particulier après son intervention remarquée la semaine dernière, dans laquelle il a déclaré que les démocrates "avaient orchestré une attaque politique contre lui, qui faisait partie de la vengeance des Clinton". La Cour suprême américaine est désormais à 100% politisée.

© Getty Images

Que fait la Cour suprême?

La compétence de la Cour suprême des États -Unis est comparable à celle de notre Cour de cassation et de la Cour constitutionnelle, mais combinées. La Cour suprême prend donc des décisions lorsque la politique ne résout pas les grands problèmes sociaux : cela inclut l'interdiction de la ségrégation raciale (1956), le droit à l'avortement (1973) ou le mariage homosexuel (2015). Des problèmes sociaux importants, donc...

Un certain nombre de constats remarquables:

1. Dans l'histoire de la Cour suprême, Kavanaugh et Gorsuch sont les deux premiers juges nommés par :

  • a) un président qui a perdu le "vote populaire" [au bénéfice d'Hillary Clinton] et 
  • b) dont la nomination a été ratifiée par une majorité de sénateurs qui, ensemble, ont recueilli moins de voix au cours des élections précédentes que ceux qui ont voté contre sa nomination. On peut donc affirmer qu'un problème de légitimité se pose également devant la Cour suprême, puisque les sénateurs qui ont approuvé Gorsuch, par exemple, représentaient 42 % de la population américaine, contre 58 % qui avaient voté contre.

2. En moins de 20 mois, Trump a déjà nommé deux juges. C'est autant que ses prédécesseurs, Bush et Obama, avaient eu la possibilité d'en nommer, mais en 8 ans.

3. Deux des juges progressistes encore en poste à la Cour suprême ont dépassé l'âge de la retraite: les démocrates Ruth Bader Ginsburg (en bas à gauche dans l'image ci-dessous) et Stephen Breyer (en bas à droite) ont respectivement 85 et 80 ans. La chance que Trump puisse également nommer des remplaçants pour eux plus tard est réelle.

Les 9 juges de la Cour suprême américaine

© Franz Jantzen, Collection of the Supreme Court of the United States

4. Si les deux juges susmentionnés décédaient ou cessaient leur activité de leur propre initiative, le président actuel pourrait nommer 4 des 9 juges au total et pourrait définitivement faire pencher la balance en faveur du conservatisme pour les décennies à venir. En d'autres termes, Trump deviendrait l'un des présidents les plus influents de l'histoire américaine . 

5. Sur les 9 juges actuels, 5 sont membres de la Federalist Society, une association de juristes conservateurs prônant l'application littérale de la Constitution: Clarence Thomas (1991), John Roberts (2005), Samuel Alito (2007), Neil Gorsuch (2017) et maintenant Brett Kavanaugh (2018).

6. Pour 56 % des personnes qui ont voté pour Trump en 2006, les nominations à la Cour suprême ont été leur principale motivation pour voter pour le magnat de l'immobilier. Parmi les électeurs de Clinton, seuls 41% partageaient cette priorité. Trump a donc fait une fois de plus ce que son noyau dur de partisans, ou sa base, attend de lui.

La place de la nomination des juges à la cour suprême comme facteur de choix de candidat présidentiel aux Etats-Unis

7. Les démocrates veulent voter une nouvelle fois pour l''impeachment' du juge suprême Kavanaugh. Théoriquement, cela est possible si le Sénat qui l’a maintenant approuvé à 50/48 obtient une majorité des deux tiers. En pratique, cette chance semble presque inexistante [à moins que de pouvoir invoquer in extremis des preuves matérielles à son encontre]. Dans l'histoire, il n'est arrivé qu'une seule fois (1804-1805) qu'un juge ait été contraint dû quitter la Cour suprême.

Sur le même sujet :