Une agence de la banque Credito Cooperativo

© Google Maps

Economie

Un banquier italien qui a volé de l'argent à des riches pour le donner aux pauvres n'ira pas en prison

Un banquier italien qui a volé de l'argent aux riches pendant 7 ans pour le donner aux pauvres n'ira finalement pas en prison.

Gilberto Baschiera était directeur de banque au Credito Cooperativo dans la ville de Forni di Sopra, dans les Dolomites italiennes. Là, il prélevait de petites sommes sur les comptes de clients fortunés pendant 7 ans pour les transférer sur les comptes de personnes non éligibles au crédit. Mais comme il ne s’est jamais enrichi d’un sou, il n’a pas à aller en prison aujourd'hui.

"J'ai toujours pensé que c'était à moi de protéger les épargnants, mais aussi d'aider les personnes dans le besoin", déclare Baschiera dans le journal italien Corriere Della Serra .

Le juge a conçu le banquier avec une peine de prison de 2 ans, mais comme il n'avait pas d'antécédent judiciaire, et que cette condamnation a une durée relativement courte, il est exempté de purger sa peine.

Néanmoins, l’histoire de ce directeur de banque, qui est devenu le nouveau "Robin dees Bois" pour la presse italienne, a tout de même une fin amère, compte tenu qu'outre son travail, il a également perdu sa maison.

Une banque parallèle

Le conte de fées tragique a commencé en 2009, peu de temps après le déclenchement de la crise financière mondiale. Baschiera a aidé les personnes non éligibles à un prêt en ajoutant de l'argent sur leur compte pour leur permettre d'atteindre le seuil d'admission. La plupart des clients ont rapidement remboursé le montant transféré, mais d'autres non. Mais ce n'est pas ce qui a provoqué sa chute : des collaborateurs de son agence ont découvert ce petit manège. Selon son avocat, il avait donné lieu à la création d'une sorte de banque parallèle, avec un déficit de près d'un million d'euros. Le fait qu'il n'en ait jamais personnellement profité a finalement convaincu le juge de ne pas l'envoyer en prison. 

Une crise financière dévastatrice pour les retraités et les jeunes

Forni di Sopra est une petite communauté où vivent un peu plus d'un millier de personnes, ce qui fait du seul banquier une personne non négligeable dans la ville. Selon le journal La Repubblica , Baschiera était en effet l'homme qui, sur un oui ou un non, pouvait changer la vie de quelqu'un à jamais.

Baschiera lui-même pense que le système bancaire actuel ne tient aucun compte des retraités et des jeunes qui n'ont pas de moyens financiers. "La crise financière a aggravé la situation. Les clients n'étaient plus jugés sur leur identité humaine, mais sur la base d'un algorithme informatique".

Sur le même sujet :