Une photo composée des portraits de Jeff Bezos (Amazon) à gauche, et Bernie Sanders à droite

© Getty Images

Lifestyle

Amazon rit avec Donald Trump, mais pas avec Bernie Sanders

Le sénateur Bernie Sanders, qui est extrêmement populaire parmi les jeunes, se bat aux États-Unis contre le capitalisme "Winner takes all" pratiqué par Amazon, Google et les autres géants de la technologie.

Depuis mardi, Amazon est la deuxième entreprise américaine à avoir acquis une valeur de marché de plus de 1 000 milliards de dollars, après Apple. Cette valeur de marché a plus que doublé au cours des 12 derniers mois. Quiconque a pris le risque d’investir 100 dollars dans les actions d’Amazon en 1997 a maintenant un portefeuille plus de cent fois supérieur.

L'évolution du cours de l'action Amazon depuis la fin de l'année dernière

Travailler pendant 9 secondes pour gagner un salaire annuel, mais ne pas payer d'impôts

Le mois dernier, on a appris que le PDG, Jeff Bezos, n'avait besoin que de 9 secondes exactement pour gagner le salaire annuel de son employé moyen. Ce n’est pas pour rien qu’il est de loin l’homme le plus riche du monde. Mais grâce à un système complexe d’amortissements et de report, sa société a également payé zéro dollar en impôt sur le revenu aux États-Unis en 2017. Ces montages ne sont pas illégaux, mais de plus en plus d'Américains ordinaires commencent à se poser des questions sur cet état de choses.

Les 20 villes qui se livrent une bataille sans merci afin d’attirer le deuxième siège d’Amazon y réfléchissent également. Amazon n'est clairement pas une entreprise qui prévoit de remplir les coffres de la trésorerie locale.

Il y a l'infatigable Bernie Sanders

L'un des plus grands adversaires verbaux d'Amazon est Bernie Sanders, le sénateur socialiste de 77 ans très populaire parmi les jeunes, qui a échoué à la nomination présidentielle pour le Parti démocrate des États-Unis contre Hillary Clinton en 2016.

Sanders souhaite déposer un projet de loi cette semaine qui prévoir de faire supporter aux employeurs importants - Amazon, Walmart, McDonald's, ... - les coûts des programmes d’aide sociale auxquels leur personnel fait appel. Cela concerne l'aide sociale telle que les coupons alimentaires, le logement social et les soins de santé. Autrement dit, de nombreuses personnes qui travaillent pour ce type d’entreprises ne gagnent pas assez pour vivre une vie normale et doivent donc compter sur l’aide du gouvernement.

Des manifestants brandissent une pancarte exigeant que l'on fasse payer Amazon

© EPA

"Amazon paie ses employés pour envoyer des tweets positifs dans le monde"

Sanders recueille maintenant des témoignages d'anciens et actuels employés du géant américain du commerce électronique pour les publier sur son site Web .

Amazon n'a pas l'habitude de répondre à de telles attaques. La société est restée remarquablement silencieuse lorsqu'elle a été attaquée à plusieurs reprises par le président américain Trump.

Mais cette fois-ci, Amazon n'a pas fait le dos rond et s'est fendue d'une réponse à Sanders dans un post sur son blog. Dans ce document, l’homme politique est accusé de "distribuer des informations trompeuses sur la rémunération et les avantages sociaux supplémentaires dont la société serait responsable". Le billet de blog contient toute une liste d’avantages sociaux dont les employés bénéficient.

Mais il est vite apparu que Sanders pouvait réellement faire du tort à Amazon : l'entreprise aurait payé des employés pour envoyer des messages positifs sur Amazon dans le monde. 

Le cirque autour d'Amazon n'est qu'un début

Toute cette histoire d'Amazon ne marque probablement que le début d'un conflit social qui impliquera bientôt des entreprises telles que Google, Facebook et Apple. Quoique… un employé d'Amazon a gagné un salaire médian de 28 000 dollars par an l'an dernier, contre 240 000 dollars pour l'employé médian Facebook, soit 8 fois moins.

Une comparaison des salaires médians annuels au sein des plus grandes firmes américaines

La montée en puissance du capitalisme "winner takes all" vulnérabilise politiquement les entreprises d'un milliard de dollars 

Les lois économiques déterminent que les salaires sont déterminés par la productivité. Dans cette perspective, Amazon devrait payer des salaires plus élevés, tout comme Walmart l’a fait il y a des années. Cette décision a profité à la chaîne de supermarchés car, depuis lors, le roulement du personnel a diminué et l'expérience client dans les magasins s'est améliorée.

La montée du capitalisme "winner takes all", qui a conduit à la formation d'un groupe restreint mais puissant de sociétés dont la valeur s'exprime en milliards de dollars et a dilué l'impact des syndicats américains, a affaibli la position de négociation des travailleurs tout en renforçant celle des chefs d'entreprises.

Sanders sait que les géants de la technologie craignent comme la peste la perte de leur réputation et sont politiquement vulnérables. Ce n'est pas pour rien qu'Amazon a employé récemment des dizaines de blogueurs  qui doivent envoyer des messages positifs sur Bezos et ses activités dans le monde. 

Mais le politicien a compris que cette situation ne pouvait plus durer. La bataille contre Amazon n'est donc qu'un début. 

Sur le même sujet :