Angela Merkel et Heiko Maas

© EPA

Politique

L'Allemagne exhorte à la création d'un système de paiement international indépendant du dollar

Dans une tribune publiée mercredi par le journal Handelsblatt, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a exhorté l'Europe à réexaminer son partenariat avec les États-Unis.

Maas est en faveur de la mise en place d'un système de paiement mondial indépendant du dollar. Cela permettrait à l'Europe de continuer à faire des affaires avec l'Iran. "Nous ne devons pas simplement accepter que Washington prenne des décisions sans nous consulter, à nos frais", écrit Maas  (à droite de la photo, à côté de Merkel).

Maas réagit à la décision unilatérale des États-Unis d’exclure l'Iran de la communauté internationale à partir du 4 novembre, en coupant le pays du réseau SWIFT, qui relie plus de 11 000 banques à travers le monde et permet aux pays d'effectuer des paiements à l'étranger.

Les États-Unis ont déclaré que quiconque échange encore avec l’Iran après cette date ne pourra plus faire affaire avec les États-Unis. La situation menace de s’aggraver maintenant que Washington a rejeté une demande de l’UE d’être exemptée de sanctions.

"L'appel le plus fort pour la création d’un système financier indépendant des États-Unis"

Dans le Financial Times, Thorsten Benner, du think tank berlinois Global Public Policy Institute, affirme que c'est “l'appel le plus fort jamais lancé en faveur de la création d’un système financier autonome par rapport aux États-Unis”.

L’Europe a déclaré qu’elle protégerait les entreprises européennes qui continueront à faire des affaires avec l’Iran, mais plusieurs multinationales ont préféré prendre leurs précautions et ont abandonné la République islamique. Le marché américain est bien plus lucratif que les possibilités modestes en Iran. Lundi, le géant français de l'énergie Total s'est retiré d'un important projet gazier iranien.

Le président américain Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel

© Getty Images

La relation entre Berlin et Washington se dégrade

L'article d’opinion de Maas est clairement une conséquence de la détérioration des relations entre l'Allemagne et les États-Unis. Ainsi, le président Trump a mis en cause Berlin à plusieurs reprises pour son important excédent commercial. De même, les dépenses militaires relativement faibles de l’Allemagne et la construction du nouveau gazoduc Nord Stream 2, qui doit amener le gaz russe directement dans le pays, irritent le président américain.

En revanche, Berlin n’a pas trouvé drôle que les États-Unis décident de se retirer de l’accord iranien, en plus de l’accord de Paris sur le climat. Des droits de douane ont ensuite été imposés sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance de l'UE. Les déclarations souvent ambiguës de Trump au sujet de l'alliance de l'OTAN mettent aussi Maas mal à l’aise.

Sur le plan financier, ce sont encore les États-Unis qui distribuent les cartes

Les États-Unis ne sont peut-être plus ce qu’ils étaient, mais le système financier mondial est un domaine où ce sont encore les Américains qui distribuent les cartes.

Selon la BRI (Banque des règlements internationaux), plus des deux tiers du commerce international sont encore réglés en dollars. Les réserves en dollars détenues à travers le monde respectent le même pourcentage.

L'utilisation des différentes monnaies pour le commerce mondial

Sur le même sujet :