Cover image

© Pixabay/Hans Braxmeier

Science

La voiture provoque la somnolence des conducteurs

Selon une nouvelle étude de chercheurs de l'Université RMIT de Melbourne en Australie, les vibrations naturelles des voitures provoquent la somnolence des automobilistes, ce qui nuit à la concentration et à la vigilance et ce, à peine 15 minutes après avoir pris le volant.

Pour aboutir à ces conclusions, l'équipe de scientifiques a réalisé des tests avec 15 volontaires dans un simulateur virtuel, dispositif reproduisant l'expérience de conduite sur une autoroute monotone à deux voies.

En Australie, environ 20% des accidents de la route mortels sont causés par la fatigue.

Fréquences

"Actuellement, on ne sait pas grand-chose sur l'impact des vibrations physiques de la voiture sur les conducteurs", affirment les chercheurs Stephen Robinson et Neng Zhang. "Cependant, de plus en plus d'études montrent que ces mouvements contribuent à provoquer des sensations de somnolence."

"Nous savons qu'un Australien sur cinq s'endort au volant et nous savons également que l'assoupissement lors de la conduite est un problème important pour la sécurité routière", a déclaré Robinson.

"Nous avons constaté que les vibrations douces des sièges d'auto pendant que vous conduisez peuvent vous endormir le cerveau et le corps", explique Stephen Robinson, professeur de psychologie à l'Université RMIT. "Notre étude montre que les vibrations constantes à basses fréquences, comme celles que nous connaissons lorsque nous conduisons une voiture ou un camion, provoquent progressivement la somnolence, même chez les personnes bien reposées et en bonne santé."

"Après 15 minutes de conduite, la somnolence commence déjà à se faire sentir et en une demi-heure, elle a un impact significatif sur votre capacité à rester concentré et alerte."

Battement de cœur

En analysant la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) des volontaires, les chercheurs ont pu obtenir une mesure objective de la somnolence qu'ils ressentaient au fur et à mesure que le test de 60 minutes progressait.

Selon les résultats, la fatigue induite par la vibration rend psychologiquement et physiologiquement plus difficile l'accomplissement de tâches mentales, de sorte que le système nerveux du corps s'active pour compenser, ce qui entraîne des changements dans le rythme cardiaque. En moins de 30 minutes, la somnolence devenait importante, ce qui impliquait des efforts importants pour maintenir la vigilance et la performance cognitive. 

La somnolence a augmenté progressivement au cours du test, atteignant un pic au bout de 60 minutes.

Selon les chercheurs, davantage de travail est nécessaire pour tirer parti des résultats et examiner comment les vibrations affectent les personnes au travers de différentes données démographiques.

"Nous voulons étudier un corpus plus important de conducteurs, principalement pour comprendre comment l'âge peut affecter la vulnérabilité d'une personne dont la somnolence est induite par les vibrations ainsi que l'impact de problèmes de santé tels que l'apnée du sommeil", ont encore ajouté les scientifiques.

"Nos recherches suggèrent également que les vibrations à certaines fréquences peuvent avoir l'effet inverse et aider les personnes à rester éveillées."

"Nous voulons également étudier une gamme plus large de fréquences, de sorte que les spécialistes de la conception automobile puissent avoir accès aux informations nécessaires sur la manière dont les vibrations positives pourraient être utilisées."

© RMIT University

Lire aussi