Une Model 3 de Tesla au salon automobile LA Auto Show de Los Angeles

© EPA

Tech

Tesla a quasiment atteint son objectif de 5000 Model 3 par semaine... en partie grâce à une tente

Tesla a presque failli parvenir à son objectif de production hebdomadaire de 5 000 berlines électriques “Model 3” au cours de la dernière semaine du mois de juin. Mais le samedi 30 à minuit, cet objectif n’était pas atteint, et le 5000e véhicule n’est sorti de la chaîne d'assemblage que quelques heures plus tard, le dimanche à 5 heures du matin.

À l'origine, Tesla avait promis de produire 5 000 unités de sa Model 3 par semaine d'ici la fin de 2017. Au mois d'avril, tesla n'était encore capable de produire que 2000 Model 3 par semaine. Entre-temps, le CEO du constructeur, Elon Musk, a fait tout ce qu'il pouvait pour parvenir à atteindre cet objectif.

Une robotisation excessive

Tesla a ainsi stoppé pendant 4 jours une ligne de production de son usine de Freemont, en Californie, pour améliorer l'automatisation. Les ouvriers normalement affectés à cette ligne ont été mis en chômage technique. Dans une interview donnée à CBS, Musk a admis qu'il s'était trop reposé sur la robotique pour construire des véhicules. “Oui, l'automatisation excessive chez Tesla  été une erreur. Pour être précis, mon erreur. Les humains sont sous-estimés”, a-t-il tweeté plus tard.

Une ligne de production... dans une tente

Le 16 juin, Musk a annoncé que Tesla avait construit une “nouvelle ligne d'assemblage” en seulement trois semaines avec des “ressources minimales”. Il a posté une photo d'une Model 3 rouge à l'intérieur de ce qui semblait être une très grande tente.

Après des enquêtes rocambolesques de fans et d’analystes sur le terrain pour en avoir le coeur net, tous ont dû se rendre à l’évidence : le constructeur avait effectivement installé une ligne de production dans une tente, une première dans le secteur automobile, selon Jeremy Acevedo, un expert du secteur automobile pour la firme de consultance Edmunds.

"6000 Model 3 par semaine à la fin du mois de juillet"

Cette tactique a permis de plus que doubler la production, et de quasiment atteindre le nombre cible de 5000 exemplaires par semaine, à quelques heures près.

Musk a promis que le constructeur serait encore capable d'améliorer son rythme de production. Dans un email qu’il a adressé aux employés le dimanche après-midi, il a indiqué qu’il s’attendait à ce que le constructeur assemble jusqu'à 6000 Model 3 par semaine d'ici la fin du mois prochain. Il a rappelé qu’en parallèle, l’entreprise avait aussi atteint son objectif de construire 7000 Model S et Model X par semaine.

Le scepticisme se renforce

Mais il n’a pas échappé au marché et aux experts du secteur que pour le moment, ces tentatives pour passer à une production de masse ont nécessité de très grosses injections d'argent. Rien qu’entre janvier et mars de cette année, le constructeur a brûlé 2,7 milliards de dollars de cash (environ 2,3 milliards d'euros). En 2017, il avait dépensé 3,4 milliards de dollars (environ 2,9 milliards d'euros) sur l'ensemble de l'année. Il n'est pas certain que cette stratégie soit viable à long terme, et selon certains analystes, à ce rythme, il sera nécessaire pour la firme de lever de nouveaux capitaux dès le début de l’année prochaine, ce que Musk a réfuté.

Le scepticisme se renforce, et certains ont déjà commencé à parier contre la firme. Sur les 31 analystes de Wall Street qui suivent l'action Tesla, 10 recommandent de vendre, soit près d'un tiers. C'est d'autant plus révélateur, que traditionnellement, les firmes de Wall Street ne conseillent pas ouvertement à leurs clients de « vendre » (‘sell’). Pour exprimer le doute, elles emploient l'expression conserver » (‘hold’).

Sur le même sujet :