Une Iranienne manifeste en Iran

© EPA-EFE/Etienne Laurent

Politique

Israël et les États-Unis ont créé un groupe de travail pour déstabiliser l'Iran

Israël et les États-Unis ont créé un groupe de travail conjoint il y a quelques mois. Son objectif ? Déstabiliser le régime iranien de l'intérieur.

Récemment, le conseiller israélien à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat et son homologue américain John Bolton se sont rencontrés à Washington pour mettre au point une stratégie capable de développer la critique au sujet du gouvernement iranien, afin de mettre la pression sur celui-ci.

Pas question de renverser le régime iranien

Toutefois, il ne serait pas question de chercher à renverser le régime, selon un officiel : “Personne ne songe sérieusement à un changement de régime, mais cette équipe essaie de voir si nous pouvons utiliser les faiblesses internes du régime iranien afin de créer plus de pression pour contribuer à changer le comportement iranien”.

L'utilisation des médias sociaux pour toucher la population iranienne

Le groupe de travail se serait déjà réuni à plusieurs reprises au cours des derniers mois. Il tente de s’adresser à la population iranienne au travers des médias sociaux, une tactique qui a déjà été éprouvée par les officiels américains et israéliens. Par exemple, le Premier ministre Netanyahu a posté des vidéos sur Facebook, traduites en farsi, pour encourager le peuple iranien à protester contre le régime. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, de son côté, a adressé une série de tweets pour soutenir les manifestants en Iran. Il a également critiqué les arrestations massives de manifestants par le régime iranien et mis en exergue le financement croissant de la Garde révolutionnaire par le régime iranien. Les Iraniens se révoltent de plus en plus contre le soutien financier du régime aux belligérants de conflits au Moyen-Orient et à des groupes terroristes, au détriment des mesures pour remédier aux difficultés économiques du pays.

Le plan prévoit également de déployer des équipes diplomatiques dans divers pays du monde, et de mener des opérations de lobbying auprès de grandes instances internationales (ONU, FMI, Banque mondiale), mais aussi à Bruxelles.

Un revirement à 180° sur la politique d'Obama

Les officiels israéliens ont approuvé le retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire iranien, dont ils estiment qu’il sert les intérêts du pays. “Nous devons donc renforcer la pression en prenant conscience que c’est le moment opportun de le faire, l’Iran se trouvant dans une période sensible aux niveaux diplomatique et économique. L’aide israélienne peut également mener à un changement du positionnement de l’Iran sur son programme nucléaire”, pouvait-on lire dans un document  émanant du ministère des Affaires étrangères israélien et adressé à toutes les missions israéliennes du monde entier, rapporté par la chaîne israélienne Hadashot.

Ces efforts sont d’autant plus remarquables, côté américain, que l’administration Obama s’était refusée à envisager toute initiative pour susciter des troubles ou encourager les manifestations en Iran, préférant oeuvrer à la conclusion d’un accord nucléaire, observe le site Axios.

A cet égard, la création de ce groupe de travail conjoint témoigne du revirement total de l’actuel occupant de la Maison-Blanche,  Donald Trump, dans le domaine de la politique au Moyen-Orient.

Les porte-parole des gouvernements israélien et américain ont refusé de commenter cette information.

Sur le même sujet :