Cover image

© EPA-EFE/Andy Rain

Economie

Bill Gates: "Le monde est meilleur qu'avant"

"Le monde est un meilleur endroit qu'avant", a déclaré le milliardaire Bill Gates, co-fondateur de Microsoft, lors d'un discours à la Johns Hopkins University of Advanced International Studies. Gates a fait valoir que des progrès énormes avaient été accomplis dans tous les domaines au cours de la période écoulée.  

Gates a félicité le Congrès américain pour sa décision de rejeter les économies concernant les fonds pour le Département d'État des États-Unis, économies proposées par le président Donald Trump.

Inquiétant

Bill Gates a souligné que le budget américain pour l'aide étrangère avait presque doublé pendant le mandat du président George W. Bush. Bush a créé le Plan d'urgence du Président pour le Secours contre le Sida (Pepfar) afin d'étendre le traitement du VIH aux pays durement touchés en Afrique.

M. Gates a déploré que le gouvernement américain ait pour la première fois recommandé une réduction significative du budget du ministère des Affaires étrangères, y compris des programmes d'aide à l'étranger tels que Pepfar. "Heureusement, le Congrès a le dernier mot en la matière", a déclaré le milliardaire.

Le Congrès américain est cependant dominé par le parti républicain de Donald Trump. Le sénateur républicain Lindsey Graham a déclaré l'année dernière qu'il ne tolérerait pas une baisse de 29% du budget du ministère des Affaires étrangères.

"Ceux qui veulent sortir de l'aide étrangère devraient écouter le ministre de la Défense James Mattis, un général de la marine quatre étoiles, qui a clairement indiqué que les coupures dans les affaires étrangères nous obligeraient à acheter plus de munitions", a déclaré Graham.

Bob Corker, un autre sénateur républicain, a souligné que Donald Trump concentrait ses réductions sur le ministère des Affaires étrangères afin de démontrer qu'il essayait de régler les problèmes fiscaux, mais qu'il n'était pas prêt à s'occuper de toutes les autres questions qui font augmenter les dépenses.

Gates a expliqué que les politiciens américains avaient demandé que les budgets des programmes de santé publique sur la poliomyélite, la santé reproductive et les maladies négligées augmentent. Il a ajouté qu'il aimerait également rendre hommage au Congrès, qui a rejeté les économies.

Gates a souligné que les États-Unis ne consacraient que 0,23% de leur produit intérieur brut à des programmes de santé étrangers. "En France, en Allemagne et en Angleterre, ce chiffre est trois fois plus élevé. En outre, il convient de noter que la Chine investit plus dans l'aide au développement étranger que les Etats-Unis."

Positif

Bill Gates, d'un autre côté, a déclaré qu'il restait positif quant à l'état du monde, même en cette période de divisions politiques, de violence et de catastrophes naturelles. "La période écoulée depuis la seconde guerre mondiale a montré des résultats incroyables", a-t-il souligné. "On a observé une réduction phénoménale de la violence, associée à des progrès importants en matière d'alphabétisation et à une amélioration majeure de la santé".

"Dans presque tous les domaines, le monde est maintenant un bien meilleur endroit qu'avant: en 1990, 12 millions d'enfants de moins de cinq ans sont morts dans le monde, et ce nombre est maintenant inférieur à 5 millions par an."

Le milliardaire a également souligné que le monde est maintenant cent fois moins violent qu'il y a mille ans, car le pourcentage de morts violentes diminuait de façon drastique.

"Bien que cela ne signifie pas que l'on puisse se reposer en ce qui concerne les problèmes qui restent, une vision très négative du monde n'est pas objective", dit Bill Gates.

Lire aussi