Matteo Salvini reçoit un portrait de lui-même d'un sympathisant.

© EPA

Politique

Salvini: "Après le Mur de Berlin nous ferons aussi tomber le Mur de Bruxelles"

"Avec ce peuple, les choses vont changer. La chute du Mur de Berlin semblait inconcevable, mais c'est arrivé. Le prochain mur que nous allons démolir est celui de Bruxelles. Nous redonnerons ainsi au peuple européen le droit au travail, à la vie, à la sécurité et à la santé. [...] Cette bataille est immense et demande du courage et ce ne sera ni facile, ni rapide". C'est ce qu'a déclaré dimanche le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, lors d'une réunion de son parti en Lombardie.

Matteo Salvini a suggéré l'idée de former une Lega delle Leghe - une ligue des ligues, qui rassemblerait tous les partis similaires (séparatistes et nationalistes) en Europe. Salvini a promis de protéger les frontières de l'Italie contre l’immigration d’Afrique du Nord et a déclaré qu'il voulait donner une nouvelle voix aux Européens qui ont été abusés par ceux qui ne s’intéressent qu’à leurs propres intérêts financiers. “Qu'ont-ils promis ?”, s’est demandé l’Italien: "Un avenir plein de pénurie et de peur, où un contrat à durée indéterminée et une pension sont devenus un rêve. Pour empêcher cela, la Lega doit être exportée dans tous les pays”, a conclu Salvini.

L'UE est dans le viseur de deux hommes: Trump et Salvini

Dans un article d'opinion publié dans le Financial Times, l’expert de l’Europe Wolfgang Munchau écrit que l'UE est désormais dans la ligne de mire de deux hommes: Donald Trump et Matteo Salvini. Les deux ne connaissent pas la peur et veulent seulement détruire ce qu'ils n'aiment pas. "Ce qui rend la menace posée par M. Salvini si forte pour l'ordre établi de l'UE, c’est son intrépidité. Il est le premier politicien italien moderne qui ne présente pas le besoin émotionnel de figurer parmi ses amis à Davos ou à Bruxelles", écrit Munchau.

Depuis les débuts du nouveau gouvernement italien, Salvini a émergé comme le nouvel homme fort à Rome. Les projets de sortie de la zone euro ont été (temporairement) écartés, et l'économie italienne en difficulté ne semble pas non plus être une priorité.

Les élections européennes de 2019 vont devenir un référendum sur l'UE

Salvini se concentre uniquement sur l'immigration et veut construire une plate-forme politique dans la perspective des élections européennes de 2019. Salvini et ses collègues feront tout pour transformer les élections européennes de 2019 en référendum sur l'UE, ce dont les partis traditionnels ne semblent pas encore avoir pris conscience.

Dans le scénario du leader de la Ligue du Nord, seulement deux tendances pourront survivre au sein du Parlement européen : un groupe libéral dirigé par le président français Emmanuel Macron et une combinaison populiste qui formera un nouveau groupe, et qui pourrait reprendre le Parti populaire européen (PPE), dans l'ère post-Merkel.

L’UE = la République de Weimar de notre temps

En particulier, les structures actuelles de l'UE sont vulnérables, écrit Münchau. “Le problème, avec l’UE, c’est que sa stabilité dépend de la non-arrivée au pouvoir de figures telles que M. Salvini, et M. Trump. Elle risque de devenir la République de Weimar de notre temps, une construction uniquement viable dans un climat politique tempéré”.

La  République de Weimar (1919-1933) a également lentement succombé au démantèlement des institutions démocratiques. Cela s'est produit sous la pression des politiciens de droite et des nationalistes, qui pensaient pouvoir utiliser Hitler pour rester eux-mêmes au pouvoir. Le reste est de l'histoire.

Sur le même sujet :