USA consulate on September 4, 2014 in Guangzhou, China.

© iStock/Freer Law

Politique

Des diplomates américains sont rapatriés de Chine sur fond de suspicion de nouvelles "attaques acoustiques"

Plusieurs Américains ont été évacués du consulat de Guangzhou, une ville du Sud de la Chine, pour subir un examen médical après qu'un certain nombre de diplomates se sont plaints de bruits mystérieux qui auraient pu causer des lésions cérébrales. Cet incident ressemble étrangement à ce qu’avaient  subi des diplomates américains basés à Cuba.

La semaine dernière, l’ambassade des Etats-Unis en Chine avait lancé un appel pour avertir les diplomates, suite au rapatriement d’un employé détaché au consulat de  Guangzhou, qui s’était plaint de “sensations de bruits et de pressions subtils, vagues mais anormaux”. Par la suite, des médecins américains avaient conclu à un traumatisme cérébral léger, très similaire à celui dont avaient souffert 24 diplomates américains et membres de leur famille stationnés à Cuba en 2016 et 2017. Et comme à Cuba, l’origine de cette lésion n’a pas été élucidée.

Mercredi, le département d’État américain a évacué au moins 2 autres Américains de Chine, présentant eux aussi des “symptômes neurologiques”, rapporte le New York Times.

"Un bruit de billes qui rebondissent sur le sol"

Le responsable de la sécurité Mark Lenzi, l’une de ces deux personnes rapatriées, a rapporté au Washington Post qu’au mois d’avril de l’année dernière, il avait commencé à entendre un son qui ressemblait à celui de billes "qui rebondissent et heurtent un sol, puis roulent sur une pente avec un son statique". Cette description est très similaire de celle qu’ont faites les victimes des "attaques soniques" présumées à Cuba. Peu de temps après avoir commencé à entendre ces bruits, Lenzi, sa femme et leur fils de 3 ans ont commencé à avoir des insomnies et de graves maux de tête. Selon lui, les officiels minimisent le problème et mentent sur le nombre de personnes touchées par ce phénomène.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé cette semaine qu’un groupe de travail avait été créé pour enquêter sur ces incidents mystérieux. Selon des officiels américains, certains des 170 employés du consulat des États-Unis à et leurs familles vont être examinés par une équipe médicale du département d’État envoyée la semaine dernière dans cette ville du sud de la Chine. Le ministre des Affaires étrangères chinois, Wang Yi, a quant à lui parlé d’un "cas isolé" qu'il ne souhaite pas voir "politisé". Il a confirmé que la Chine menait aussi une enquête de son côté.

Toute ressemblance avec des faits antérieurs...

Ces incidents sont étonnamment similaires aux symptômes et blessures rapportés par 24 diplomates américains et membres de leur famille à Cuba en 2016 et 2017. Ils avaient rapporté avoir été victimes de “mystérieuses attaques” qui leur avaient causé des traumatismes cérébraux. A ce jour, les causes et auteurs éventuels de ces attaques demeurent encore un mystère

A la fin du mois de septembre, les États-Unis ont décidé de rapatrier plus de la moitié du personnel de leur ambassade à La Havane, en raison de cette menace. Cette décision a suscité la colère de la Havane, où les autorités rejettent toute responsabilité.

En novembre, la chaîne de télévision américaine CBS News avait rapporté qu’un fonctionnaire d’une agence américaine qui était basé à Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan, avait été lui aussi rapatrié avec son épouse. Deux mois plus tôt, tous deux s’étaient déclarés victimes d’au moins une "attaque acoustique" semblables à celles qui auraient été subies à Cuba.

Sur le même sujet :