A Mercedes in New York

© Getty Images

Economie

Le magazine Wirtschaftswoche : "Trump a dit qu'il allait chasser les constructeurs de voitures allemands des États-Unis"

Le président américain Donald Trump aurait menacé de “chasser les constructeurs automobiles allemands jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de Mercedes Benz sur la 5e Avenue de New-York”, affirme un magazine allemand. Or, il se trouve que l'administration Trump a ouvert la semaine dernière une enquête commerciale sur les importations de véhicules.

Le magazine allemand Wirtschaftswoche affirme que c’est ce que le  président Trump aurait déclaré au président français Emmanuel Macron lors de la visite de ce dernier aux États-Unis en avril. Le magazine appuie ses allégations sur les déclarations que des diplomates demeurés anonymes auraient faites. Néanmoins, un porte-parole de l'ambassade des États-Unis à Berlin aurait demandé à Washington de confirmer ces déclarations.

Une enquête commerciale sur les importations américaines de véhicules 

Or, la semaine dernière, l’administration Trump a ouvert une enquête commerciale sur les importations de véhicules, qui pourrait se solder par l’application de droits de douane de 25 % en vertu de la section 232 du Trade Expansion Act de 1962, qui permet de restreindre les importations de biens lorsque ceux-ci sont jugés préjudiciables à la sécurité nationale. Le gouvernement américain avait invoqué les mêmes raisons en mars, lorsqu’il avait décidé d’imposer des droits sur les importations d’aluminium et d’acier.

Cette décision constitue une véritable menace pour les constructeurs automobiles allemands, qui contrôlent 90 % du marché américain des voitures haut de gamme.

Hier, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a annoncé que les États-Unis allaient appliquer des droits de douane de respectivement 25 % et 10 % sur l'acier et l'aluminium importés d’Union européenne, du Canada et du Mexique.

Des représailles sur des produits icôniques

L'Union européenne a immédiatement riposté en indiquant qu’elle prendrait des mesures de rétorsion. "Nous ne resterons pas les bras croisés lorsque l'industrie et les emplois européens seront menacés", a averti Jean-Claude Juncker, le président de la Commission Européenne. Selon le porte-parole de la Commission, il serait question d’imposer des droits de douane sur une série de produits américains, notamment les motos Harley-Davidson, le Bourbon et les jeans Levi's". Non seulement ces produits ont une valeur symbolique en tant qu’icônes de la culture américaine, mais de plus, ils sont fabriqués dans les États d'origine des dirigeants républicains tels que Paul Ryan et le président du Sénat Mitch McConnell.

Sur le même sujet :