Dandong bridge

© iStock/aphotostory

Economie

L'immobilier chinois flambe... surtout à la frontière avec la Corée du Nord

Le marché immobilier chinois est l'un des plus dynamiques du monde. Lais depuis peu, il flambe à Dandong, une ville de 2,4 millions d'habitants située à la frontière avec la Corée du Nord.

Jusqu'à il y a peu, le marché immobilier de Dandong était très calme, et les prix des logements étaient moins chers qu'ailleurs en Chine. Au mois de mars, les prix n'avaient augmenté que de 4,1% par rapport à l'année passée, contre 6,8% de moyenne pour le reste de la Chine.

Mais depuis peu, c'est l'effervescence: au mois de mars, lorsque le président Trump a annoncé qu'il était prêt à rencontrer Kim Jong-un, 320.000 m² ont été négociés. Le mois suivant, ce dynamisme s'est maintenu, avec 290.000 m² échangés. Sans aucun doute, la première rencontre entre Kim et son homologue sud-coréen Moon Jae-in, augurant d'une fin possible du programme nucléaire nord-coréen, a joué un rôle.

Des studios dont le prix a doublé... en 2 semaines

Il y a encore 2 semaines, le prix d'un studio avec vue sur la rivière Yalu, qui marque la frontière avec la Corée du Nord se montait à environ 42.000 €. Mais depuis que l'on sait que le président américain Donald Trump doit rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, les prix ont doublé, et le même appartement se négocie désormais plus de 80.000 €.

Dans le reste de la ville, les hausses sont plus modestes, aux alentours de 50 %, rapporte Reuters.

Des spéculateurs

"La plupart des acheteurs dans les nouveaux quartiers dedans donc sont des spéculateurs", explique Jason Chung, directeur général de l'agent immobilier Cushman & Wakefield. Ces spéculateurs parient qu'en cas de réussite du sommet americano–nord-coréen, le commerce entre la Chine et la Corée du Nord va s'intensifier.

Dans cette perspective, la ville de Dandong, située à 840 km de Pékin, et 160 km de Pyongyang, deviendra la porte d'entrée privilégiée pour les marchandises en provenance de la ville de Sinuiju, en Corée du Nord. La plupart des échanges entre les 2 nations, légaux ou non, empruntent déjà ce parcours.

Mais les investisseurs devront garder à l'esprit que le trafic de marchandises ne sera pas décuplé du jour au lendemain, même si les 2 chefs d'État parviennent à un accord.

Le pont de l'Amitié, principal lien entre les 2 pays, ne peut accueillir qu'une voie ferrée et une route à une voix (les piétons ne sont pas autorisés à l'emprunter). Quant au nouveau pont de 3 km de long sur la rivière Yalu, achevé en 2014, il n'est pas praticable, car la Corée du Nord n'a pas bâti de route pour s'y connecter.

Sur le même sujet :