Cover image

© Getty Images

Politique

Cette ville suédoise autorise l'appel à la prière du vendredi via des haut-parleurs

A Araby, un quartier de la ville suédoise de Växjö, les autorités locales ont permis à la mosquée de diffuser l'appel à la prière du vendredi (adhan) via les haut-parleurs du minaret. Cet appel à la prière est lancé par le muezzin, qui remplit la même fonction dans l'Islam que les cloches de l'église dans le christianisme. Un débat houleux a précédé la décision.

Cette décision a suscité des inquiétudes parmi certains politiciens estimant qu'elle exacerberait les tensions culturelles. En Suède, cinq mois avant les élections, beaucoup se demandent si cette autorisation est le signe avant-coureur du pire ou si les conséquences pour la société laïque sont négligeables.  Amnesty International a soutenu la demande des musulmans de Växjö, tout comme l'évêque local Fredrik Modéus.

La nuisance sonore est moins dérangeante que la position de l'Islam dans la société suédoise

Selon le Svenska Dagbladet (accès payant), il s'agit cependant d'un renforcement extrêmement peu souhaité de l'Islam qui va conduire les autres mosquées à exploiter ce précédent pour introduire l'utilisation ailleurs. Le débat est habilement détourné du vrai problème, écrit le journal.

"Il est notamment débattu uniquement de la nuisance sonore. Une étude récente de l'institut d'enquêtes Sifo, d'où il ressort que 60% des personnes interrogées plaident pour une interdiction de tels appels à la prière et que 21% veulent les autoriser, n'est même pas prise en considération. Les personnes interrogées se font visiblement moins de soucis  à propos de la nuisance sonore qu'à propos de la position toujours plus importante de l'islam dans la société suédoise très laïque, telle est la conclusion."

La loi suédoise doit être respectée

Le Aftonbladet donne un autre son de cloches et trouve la polémique sur les appels à la prière très exagérée. Selon ce journal du soir, ces appels ne causent pas plus de nuisance sonore qu'n vendeur de glaces, que les cloches des églises ou qu'un système stéréo diffusant de la musique hip-hop. "La question de l'interdiction de l'appel à la prière à Araby doit être évaluée sur la base des lois et des règlements suédois et le fait qu'il s'agisse de musulmans n'a pas vraiment d'importance. Et c'est ce que la police a fait dans le respect d'une bonne tradition bureaucratique et du modèle suédois."

Ce n'est pourtant pas une première européenne. En Suède, une autorisation a déjà été appliquée à Stockholm ainsi que dans une ville du sud-est du pays. Aux Pays-Bas, il existe plusieurs endroits où les mosquées sont autorisées à réaliser l'appel à la prière du vendredi.

En Belgique, l'association de la mosquée de Beringen avait retiré début 2010 une demande d'admission similaire suite aux réactions négatives, "non seulement de la part du Vlaams Belang Beringen, mais aussi des résidents". En 2009, la Suisse a adopté une législation qui interdit l'édification de minarets.   

Lire aussi