A kid playing with a robot

© Getty Images

Economie

Les enfants se font rares

Le Japon est le pays du monde où l’on recense le moins d’enfants. L'ampleur du problème est apparu plus tôt cette semaine, lorsqu’on a appris que le nombre d'enfants au Japon avait diminué pour la 37e année consécutive. Seulement 12,3 % des 126 millions de Japonais sont des enfants. Aux États-Unis, ils représentent 18,9 % de la population, et en Inde, 30,8 %.

Pour ne rien arranger, la tranche d’âge des 12-14 ans est également la plus représentée, avec 3,26 millions d'adolescents, ce qui indique que la tendance à la baisse est encore plus marquée que ce que l'on soupçonne déjà. 

Un problème qui menace la plupart des sociétés modernes

"Mais le Japon n'est rien d'autre que la figure centrale d'un problème qui menace la plupart des sociétés modernes", écrit Mei Fong, auteur de "One Child",  dans un livre sur la politique de l'enfant unique en Chine. La tendance à la baisse est presque universelle, à l'exception de l'Afrique, d’un certain nombre de pays d'Amérique du Sud et de l’Asie. Cela risque de causer des problèmes majeurs dans les décennies à venir dans un certain nombre de superpuissances industrielles, y compris au Japon, mais aussi en Allemagne. 

People crossing a street in Japan

© Photo by Redd Angelo on Unsplash

L’Europe, la patrie des vieux

Selon Gefira, une entreprise spécialisée dans les scénarios de l’avenir, la population active d’Allemagne se réduira chaque année de 400 000 personnes après 2020. à partir de 2028, ce nombre passera à 750 000 personnes par an. Le système de retraite allemand est donc insoutenable à long terme. L'économie allemande est confrontée aux mêmes problèmes que l’économie japonaise, qui n'a pas connu de croissance depuis deux décennies. Le Japon, l’Italie et l’Espagne  (respectivement les troisième, neuvième et quatorzième économies du monde) sont voués à un long hiver démographique. Le suivant en ligne est l'Allemagne, la quatrième plus grande économie du monde.

L'Europe a également  le pourcentage le plus élevé de personnes âgées  dans le monde. Un Européen sur quatre a déjà plus de soixante ans ; d'ici 2050, il y en aura plus d'un sur trois. Le vieillissement de la population européenne exerce également une pression croissante sur l'accessibilité des soins de santé et sur le marché du travail. A court terme, tout ceci constitue de bonnes nouvelles. La pénurie de main-d'œuvre devrait pousser les salaires à la hausse, mais à plus long terme, il deviendra moins intéressant de faire des affaires dans la région.

Queen Elizabeth socializing with retirees in a nursing home

© Getty Images

Car même en Espagne, en Grèce, en Italie et au Portugal,  la situation devient progressivement catastrophique. En Italie, une femme sur quatre ne fait pas d'enfants, ce qui garantit le taux de natalité le plus bas depuis 150 ans. Cela menace bientôt créer une grave pénurie d'employés, mettant à l’épreuve les fonds réservés au paiement des retraite, parce que le nombre d’actifs qui contribuent aux pensions continue de baisser, tandis que le nombre de retraités augmente.

Comment inverser la tendance? Personne ne le sait

Selon le célèbre démographe Max Roser, le nombre d'enfants de moins de 15 ans en 2057 culminera à 2,09 milliards pour tomber en dessous de 2 milliards en 2100.

Entretemps, des programmes ont été introduits dans plusieurs pays riches pour encourager les gens à faire plus d'enfants.

La Corée du Sud a dépensé plus de 60 milliards d'euros pour des services gratuits de garde d'enfants et des avantages fiscaux au cours des 10 dernières années, mais en vain. Ces mesures ont donné si peu de résultats que certains pensent que le moment est venu d'introduire un système d'immigration dans le pays sur le modèle américain ou canadien, mais les Coréens et les Japonais se montrent traditionnellement très sceptiques concernant l'immigration.

Les pays scandinaves ont également essayé de renverser la tendance avec des subventions et - de manière plus significative - de promouvoir l'égalité des sexes, parce que ces subsides n’ont pas eu le résultat escompté.

Robots working in a taï hospital

© EPA

Puis viendront les robots ...

Le vieillissement de la population incite les pays riches à s'intéresser aux progrès rapides de la robotique, qui permettent de remplacer les personnes dans les industries qui ont de plus en plus de mal à trouver du personnel.

Hiroshi Moriyama, ministre japonais de l'Agriculture, veut faire labourer les champs par des robots assistés de tracteurs autonomes. Au Japon, un demi-million d'hectares de terres agricoles sont actuellement non cultivées. Il s'agit d'un quasi-doublement en deux décennies. L’agriculteur japonais moyen est âgé de 67 ans.

Mei Fong pense également que la robotique peut offrir la solution:  «Si vous ne faites pas d'enfants et ne voulez pas en importer, la prochaine étape semble être l'utilisation de robots, non seulement dans les environnements de production, mais aussi pour les les soins aux personnes âgées." 

Le gouvernement japonais veut que les soins aux personnes âgées soient robotisés à 80 % en 2020. Cela signiifie des machines pour aider les gens à sortir du lit, de la baignoire et de leur fauteuil roulant, mais qui sont aussi capables de déterminer si les personnes âgées mangent suffisamment, par exemple.

Les «robots de soins» qui peuvent faciliter la vie des personnes âgées sont ainsi au cœur d' une nouvelle industrie technologique florissante au Japon.

Sur le même sujet :