Pentagon

© iStock/Phototreat

Tech

Le Pentagone aussi se lance dans le développement de voitures autonomes

Après Uber, Waymo (Google) et Tesla, c’est au tour du Pentagone de se lancer dans les voitures autonomes. L'objectif serait d'employer les technologies déjà développées et d'utiliser les voitures autonomes ainsi conçues à des fins logistiques.

"Nous aurons des voitures autonomes au sein de l'armée avant d'avoir des voitures autonomes dans les rues", a affirmé Michael Griffin, le sous-secrétaire américain de la Défense en charge de la recherche, lors d'une audition au Congrès américain. Il a précisé qu’il ne s’agissait pas de réinventer la roue, et que les technologies de base seraient les mêmes que celles qui ont été développées par les pionniers de ce secteur.

Plus de la moitié des victimes de guerre effectuaient du ravitaillement

Selon Griffin, plus de la moitié (52% précisément) des victimes tuées ou blessées sur les zones de conflit sont des militaires qui effectuent des livraisons de nourriture, de carburant, ou d'autres produits. Retirer ces personnes des véhicules, et effectuer ces ravitaillements grâce à un véhicule autonome pourrait permettre de réduire sensiblement le nombre de blessés et de tués.

La question de la législation

D’autant que les véhicules évoluant dans les zones de conflit n’ont généralement pas à se préoccuper du respect du code de la route, contrairement à ceux qui sont développés par Waymo, Uber ou Tesla: "Si cela peut être fait par un véhicule automatisé inhabité avec un algorithme d’intelligence artificielle relativement simple pour la conduire, pour lequel nous n’aurions pas à nous soucier des piétons et des signaux de circulation, pourquoi ne pas le faire?”, s’est-il demandé.

Mais selon Karlyn Stanley, chercheur et juriste chez RAND Corp., les véhicules de l'armée ne seront peut-être pas totalement dispensés d'appliquer une réglementation:. "La structure réglementaire ici aux États-Unis et dans les pays où l'armée américaine pourrait envoyer des troupes est très différente. La question de la manière dont ces véhicules autonomes seront régulés, en termes de sécurité, de cybersécurité, de vie privée et de responsabilité, qui seront des questions cruciales, qui devront également être réglées par le Pentagone".

Le DARPA

L’intérêt du Pentagone pour les voitures autonomes n’est pas nouveau. Il est déjà impliqué dans ces technologies au travers de son agence DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency, une agence chargée de la recherche et du développement de nouvelles technologies destinées à un usage militaire). Cette dernière a financé la recherche dans les voitures autonomes pendant des années, et en 2004, elle a mis en place le DARPA Challenge, un concours dans ce domaine.

Le budget de 700 milliards de dollars (environ 583 milliards d’euros) du Pentagone lui donne une force de frappe sans équivalent pour mener des travaux de recherche. L’armée américaine développe ainsi actuellement des chars sans conducteur et des véhicules intelligents pour désamorcer les bombes. Mais ces engins seront en fait téléguidés, et non autonomes. De même, des sous-marins inhabités, qui seront utilisés pour faciliter la navigation des navires de pêche et commerciaux, pour prospecter des minéraux ou du pétrole, ainsi que pour surveiller la faune marine, sont actuellement en cours de développement.

Sur le même sujet :