Former mayor of New York City Michael Bloomberg attends a news conference at the COP21 World Climate Change Conference 2015 in Le Bourget, north of Paris, France, 04 December 2015 (reissued 23 April 2018)

© EPA

Politique

Michael Bloomberg veut tenir les engagements américains de l'Accord de Paris sur le climat

L'ex-maire de New York, le milliardaire Michael Bloomberg, a déclaré dimanche qu'il allait donner 4,5 millions de dollars (environ 3,7 millions d'euros) pour compenser la participation financière qui aurait incombé aux États-Unis s'ils avaient maintenu leur adhésion à l'Accord de Paris sur le climat.

"L'Amérique a pris un engagement, et en tant qu'Américain, si le gouvernement ne le fait pas, nous avons tous une responsabilité. Je suis capable de le faire. Alors oui, je vais leur envoyer un chèque pour l'argent que l'Amérique avait promis à l'Organisation, comme s'il était adressé par le gouvernement fédéral", a déclaré Bloomberg sur la chaîne de télévision américaine CBS dimanche.

Le même jour, l'association caritative qu'il a fondée, Bloomberg Philantropies, a indiqué que cette somme serait adressée au secrétariat des Nations unies sur le changement climatique. Elle a également annoncé que le milliardaire était prêt à adresser des sommes supplémentaires à cette instance si les États-Unis s'abstenaient de payer "leur part pour 2019".

Les États-Unis devaient être le plus gros contributeur

Les accords de Paris prévoyaient que les États-Unis seraient le plus gros contributeur du fonds spécial pour le climat géré par les Nations Unis. Mais en 2017, le président américain Donald Trump a procédé au retrait des États-Unis de cet accord, en indiquant qu'il souhaitait qu'il soit modifié substantiellement.

L'accord de Paris avait été conclu à la fin de l'année 2015, au cours du mandat de l'ex-président américain Barack Obama. Il oblige les dirigeants des pays du monde entier à s'assurer que le réchauffement climatique mondial demeure "bien en deçà" de 2° C au-dessus des niveaux pré-industriels. De même, des efforts devront être menés pour limiter la montée des températures à 1,5° C.

"Trump pourrait changer d'avis"

Bloomberg espère que le président américain changera d'avis : "Il est connu pour changer d'avis. (...) Il devrait changer d'avis et dire écoutez, il y a vraiment un problème. L'Amérique fait partie du problème. L'Amérique est (aussi) une grande partie de la solution et nous devrions intervenir pour aider le monde à stopper une catastrophe potentielle".

Sur le même sujet :