Cover image

© epa

Politique

Ce qu'il ne fallait pas manquer de l'interview d'Emmanuel Macron en 10 tweets

Pas de doute, on ne se trouvait plus dans le contexte apaisant d'une classe d'école primaire. Hier soir sur BFMTV, Emmanuel Macron a fait face à deux journalistes omniprésents voire parfois trop insistants. Le président n'a pas fait de concessions pour autant sur les gros dossiers chauds. On fait le briefing de cette interview en dix 10 tweets.

Bourdin, de RMC/BFMTV, et Plennel, de Mediapart, n'ont pas fait l'unanimité, loin s'en faut...

En fait, c'était un véritable ring de catch

Mais Macron n'a évité aucun sujet, dont la Syrie bien sûr

Emmanuel Macron estime que l'opération militaire ciblée a été une réussite et qu'il "n'a pas déclaré la guerre au régime de Bachar al-Assad".

Le président français défend son choix d'attaquer la Syrie qui ne dépend pas de la seule décision des Etats-Unis

Beaucoup ont critiqué la décision d'Emmanuel Macron d'intervenir en Syrie, car influencée par les Etats-Unis.

SNCF, ZAD, Universités françaises... Emmanuel Macron a voulu distinguer les colères des Français dans sa politique intérieure

Il considère la colère des cheminots comme légitime contrairement à celle des zadistes de Notre-Dame-des-Landes. Les bloqueurs des universités? "Des professionnel du désordre".

Reste que le président français n'a pas fait beaucoup de concessions sur ses réformes

Emmanuel Macron entend établir son programme coûte que coûte malgré qu'il ait été élu avec seulement 18% des voix au premier tour, comme le font remarquer les journalistes

Ses opposants n'ont pas tardé à réagir...

Le question qui tue...

Déjà lu?