Cover image

© Petras Gagilas

Economie

Londres est confrontée à une hausse des crimes violents

La capitale britannique est confrontée depuis quelques temps à une forte recrudescence des crimes violents. Au cours du premier trimestre de cette année, plus de meurtres ont été recensés à Londres qu'à New York. La police, les travailleurs sociaux et les politiciens tentent de trouver des solutions pour endiguer ce phénomène.  

Cependant, le renforcement des forces de police ne serait pas une solution efficace au problème, s'accordent à dire plusieurs voix. Cette augmentation de la violence se produit après deux décennies de baisse constante des crimes violents.

Drogues, haine et pauvreté

"Cette hausse soudaine de la violence pourrait être due à de nombreux facteurs", explique dans le Financial Times, Ben Bradford, professeur de politique urbaine à l'University College London. "Parmi ces causes, on peut citer les guerres de gangs provoquées par des changements au sein des marchés illégaux, les appels à la violence sur les réseaux sociaux, les coupures au sein des services de santé mentale pour les enfants et les adolescents et l'émergence de poches de pauvreté persistante".

"Tous ces facteurs peuvent avoir contribué à cette augmentation de la violence extrême".

Selon le consultant policier Tom Gash, il n'est cependant pas totalement clair si cette recrudescence de la violence est un phénomène à court terme ou le début d'une tendance sur le long terme. Cressida Dick, la commissaire de la police métropolitaine a annoncé la semaine dernière qu'un nouveau groupe de travail composé de 120 policiers serait mis sur pied afin de cibler les trafiquants de drogue, les agresseurs et individus violents au sein des points chauds de la criminalité.

"Nous observons des attaques davantage concertées par des groupes animés d'une réelle détermination à tuer", a expliqué Cressida Dick. Richard Wood, responsable du service des homicides et des crimes violents de la police métropolitaine, a souligné que la police utiliserait tous ses pouvoirs pour s'attaquer à ce problème.

Gangs

Les politiciens de l'opposition ont plaidé pour un financement accru de la police et d'autres services publics pour lutter contre cette violence. Depuis 2010, les budgets consacrés aux moyens de police ont diminué de 20% en Angleterre et au Pays de Galles.

"Cependant, il existe un consensus général sur le fait qu'une action policière plus intensive ne peut pas être la seule réponse à la violence", explique le Financial Times. Richard Wood reconnaît également qu'une approche multidimensionnelle est nécessaire.

Selon Tom Gash, il ne sert à rien d'envoyer de plus en plus de personnes en prison. "Un travail patient sur le long terme est le seul moyen pour sortir les jeunes du cercle de la violence", explique Gash.

Selon les experts, cette approche devrait également avoir un impact sur les membres des gangs, qui sont généralement très difficiles à atteindre.

Lire aussi