Cover image

© iStock

Economie

Un gisement massif de terres rares a été découvert au Japon

Des chercheurs ont trouvé un gisement d'oxydes de terres rares si grand sous les eaux japonaises que celui-ci pourrait alimenter le monde pendant des centaines d'années, annoncent les scientifiques dans une étude publiée dans la revue Nature. Une découverte qui pourrait bouleverser le quasi-monopole chinois sur le marché de ces métaux.

Le gisement de terres rares découvert par une équipe de scientifiques japonais est enfoui dans un fond marin d'environ 965 miles carrés (environ 2.500 kilomètres carrés) situé près de l'île de Minamitorishima, à quelques 1.800 kilomètres au sud-est de Tokyo.

Le fond marin contient plus de 16 millions de tonnes d'oxydes de terres rares, selon l'étude publiée dans la revue scientifique Nature. Ce qui équivaut à 780 années d'approvisionnement en yttrium, 620 années d'europium, 420 années de terbium et 730 années de dysprosium.

Concurrence à la Chine

La découverte "a le potentiel de fournir ces métaux sur une base semi-infinie au monde", ont déclaré les scientifiques. Ce gisement risque de sérieusement ébranler le quasi-monopole de la Chine sur le commerce des métaux des terres rares. Ces métaux jouent un rôle crucial dans la fabrication de produits de haute technologie tels que les véhicules électriques, les téléphones portables ou les batteries. 

Les "terres rares" sont assez répandues dans la croûte terrestre malgré ce que pourrait laisser entendre leur nom. Elles regroupent 17 métaux aux propriétés similaires. Leur extraction est souvent complexe et nocive pour l'environnement. C'est la raison pour laquelle plusieurs pays ont arrêté de le faire.

Le gisement sous la mer du Japon

© Nature

Déjà lu?