Cover image

© epa / Facebook Parti Islam

Politique

Pour la N-VA, il faut interdire le parti Islam

Le parti Islam a fait couler beaucoup d'encre hier en Belgique. Le parti islamique se présentera dans 14 communes lors des communales en octobre mais son programme fait bondir certains autres partis de Belgique, comme la N-VA. Pour le parti nationaliste notamment, il faut interdire le parti Islam.

Les déclarations de Redouane Ahrouch, fondateur du parti Islam, actuel trésorier et conseiller communal à Anderlecht, dans la presse hier, n'ont pas tardé à faire réagir le monde politique. Le parti a déclaré se présenter dans 14 communes bruxelloises pour les élections communales d'octobre en plus des 28 communes wallonnes. Mais ce n'est pas ce qui cause le plus de problèmes à certains partis. Le programme est ce qui pose problème. En effet, le parti Islam prône l'instauration de la charia et d'un État islamique en Belgique, sans toucher à la Constitution belge. 

Pour Theo Francken (N-VA), secrétaire d'État belge à l'Asile et à la Migration, ce ne sont que des "mensonges" et qualifie ce parti d'extrémiste. Pour lui, il faut interdire ce parti.

Un programme qui fait mouche 

Le programme du parti propose aussi une séparation des hommes et des femmes dans les transports en commun. Une position jugée rétrograde et "en désaccord avec les valeurs chéries dans notre pays" selon Zuhal Demir (N-VA), secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances. Le parti n'a pas souhaité non plus placer des femmes en tête de ses listes bruxelloises alors que le parlement bruxellois souhaite faire respecter la parité homme-femme sur ses listes. Et Ahrouch a une réponse à cela: "Cette parité ne m’embête pas. (...) Mais nous, ce que l’on prône, c’est qu’il y ait d’office un homme qui soit positionné en tête de liste. Un homme vrai, courageux. (...) Il est pour moi inconcevable qu’une femme tire la liste sauf si vraiment il n’y a aucun autre candidat de disponible."

Interdire le parti Islam

Pour le parti nationaliste flamand, les choses sont claires, il faut une refonte de la Constitution belge pour "interdire les partis extrémistes tel que le part islam". "La jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme autorise l'interdiction des partis qui s'opposent aux droits libéraux et à la démocratie", soulignait hier le porte-parole de la N-VA, Joachim Pohlmann. D'autres partis que la N-VA ont réagi hier comme le CD &V de Wouter Beke ou Défi d'Olivier Maingain ou encore l'Open VLD avec les déclarations de Patrick Dewael hier à la Chambre.

Sur le même sujet: