Elon Musk

© Getty Images

Tech

L'action Tesla dévisse en bourse et connait sa pire performance boursière en 7 ans

Confronté à un déferlement de mauvaises nouvelles, le constructeur de voitures électriques Tesla vient de subir sa pire performance boursière en plus de 7 ans. Depuis la semaine dernière, le cours des actions de tesla s’est effondré de 15 %, en raison des problèmes sur la ligne de production de la Model 3, mais aussi de l’accident mortel du 23 mars dernier impliquant l’une de ses voitures semi-autonomes.

Confronté à un déferlement de mauvaises nouvelles, le constructeur de voitures électriques Tesla vient de subir sa pire performance boursière en plus de 7 ans. Depuis la semaine dernière, le cours des actions de tesla s’est effondré de 15 %, en raison des problèmes sur la ligne de production de la Model 3, mais aussi de l’accident mortel du 23 mars dernier impliquant l’une de ses voitures semi-autonomes.

2500 exemplaires promis...moins de 1200 fournis

Cette semaine, Tesla devrait indiquer le nombre de voitures Model 3 qu’elle a été capable de fournir, ce qui est susceptible de déclencher une nouvelle baisse des cours. Elon Musk, le CEO du constructeur, a indiqué à ses employés aujourd’hui que l’entreprise n’avait pas réussi à atteindre ses objectifs de productions de la Model 3 au cours du premier trimestre 2018.

Récemment, le constructeur s’était engagé à atteindre la cadence de production de 2500 exemplaires de Model 3 par semaine d’ici la fin du mois de mars. "Il aura été extrêmement difficile d’atteindre le taux de 2000 voitures par semaine pour la Model 3, mais nous y sommes finalement arrivés. Si les choses se passent comme prévues aujourd’hui, nous dépasserons ce chiffre facilement au cours des 7 prochains jours" a déclaré Musk dans un e-mail adressé à ses employés pour les motiver. À ce moment-là, l’entreprise ne produisait que 1200 Model 3 par semaine.

Une série coups durs

L’incapacité de la firme à tenir ses objectifs de production a motivé l’agence de notation Moody’s à dégrader sa cote de crédit, la faisant passer de "B3" à  "Caa1", avec une perspective négative. Musk aurait lui-même repris la direction de la production des mains de Doug Field, l’ingénieur en chef.

Le 23 mars, le propriétaire d’une Tesla Model X est mort des suites d’un accident impliquant son véhicule survenu en Californie. La NTSB, l’autorité américaine en charge de la sécurité routière, enquête pour connaître l’origine de l’accident. Elle se concentre plus particulièrement sur l’Autopilot, la fonctionnalité de conduite semi-autonome de la voiture, et se demande s’il n’est pas en cause.

Pire, la famille du conducteur impliqué dans l’accident mortel affirme que la victime s’était plainte de défaillances de cette fonctionnalité auprès de Tesla à plusieurs reprises.

Par ailleurs, le constructeur a également dû lancer un rappel volontaire de 123 000 de ses voitures Model S en raison d’un problème de corrosion prématurée d’un boulon sur le système de direction en cas de conditions climatiques difficiles.

Un poisson d'avril malvenu

C’est sans doute pour tenter de dégripper cette atmosphère de plus en plus pesante que Musk a décidé de profiter du 1er avril pour adresser un tweet ironisant sur la faillite annoncée du constructeur.

"Malgré d'intenses efforts pour lever des fonds, dont une vente massive et désespérée d'oeufs de Pâques, nous sommes tristes d’annoncer que Tesla est en faillite intégrale. Tellement en faillite que c’en est incroyable", affirme-t-il. Un autre message évoque un avis de décès.  "Elon Musk s’est est allé contre une Tesla Model 3, entouré de bouteilles de "Teslaquilla", des traces de larmes séchées encore visibles sur ses joues", écrit-il pour illustrer une photo de lui les yeux clos, la tête reposant contre l’aile avant d’une de ses voitures, un carton sur la poitrine indiquant "En faillite !" avec une coquille volontaire.

Mais dans un tel contexte, la plaisanterie n’a pas été du tout du goût des marchés financiers. La capitalisation de l’entreprise s’en est ressentie une nouvelle fois. De ce fait, les actions du constructeur ont enregistré leur pire performance mensuelle en 7 ans. Le cours de ses obligations est également en baisse. 

Une dégringolade historique

Au total, en mars, le titre Tesla a perdu 20 % de sa valeur. Près de 10 milliards de dollars (environ 8 milliards d’euros) de valorisation de l’entreprise se sont envolés en fumée, dont 2,5 milliards de dollars (environ 2 milliards d’euros) rien que sur hier.

 C’est d’autant plus inquiétant, que la situation financière de la firme n’est guère brillante. Tesla aurait dépensé plus de 3,4 milliards de dollars de liquidités (environ 2,8 milliards d’euros) au titre de ses coûts d’exploitation depuis l’année dernière, et si ce rythme de dépenses se maintient, elle se retrouvera à sec avant la fin de cette année.

L'incinérateur de cash

En 2016, Mark B. Spiegel de Stanphyl Capital Management avait affirmé que tout ce que le patron de Tesla savait faire, c’était « incinérer du cash » et il avait qualifié le constructeur de « plus grande bulle boursière des marchés ». Il soulignait que la demande pour les modèles luxueux de Tesla (la Model S et la model X) demeurait très modeste, alors que la concurrence se renforcerait inévitablement au fil du temps.

Mais il n’a guère été entendu des investisseurs qui vouent un véritable culte à l’entreprise de Musk, et entretemps, la part a quasiment doublé. Reste à savoir si nous n’assistons qu’à une crise d’anxiété ponctuelle des marchés, ou à un désillusionnement de masse durable.

Sur le même sujet :