Cover image

© iStock

Science

Encore un argument anti-vaccin balayé 

Voila un nouvel argument à montrer à tous les anti-vaccins. Selon une nouvelle étude américaine, la vaccination ne surcharge pas le système immunitaire des enfants. Contrairement à ce que les opposants aux vaccins assurent. 

Une hypothèse suggère que les vaccins contiendraient des substances dangereuses capables de provoquer des troubles chez l'enfant. Mais cela a depuis été longtemps réfuté par la communauté scientifique. 

Et maintenant, un autre argument anti-vaccins vient d'être démonté par une nouvelle étude. Selon plusieurs personnes, la vaccination surchargerait le système immunitaire des enfants. Cela les rendrait trop fragiles aux infections. 

L'étude publiée cette semaine dans le Journal of the American Medical Association prouve que les enfants ne sont pas plus vulnérables aux infections que ceux qui ne sont pas vaccinés. C'est la première fois qu'on étudie si profondément le lien entre le fait de recevoir plusieurs ou pas de vaccin et le fait de développer des infection. Les chercheurs ont rassemblé des données de 500.000 enfants âgés de 0 à 47 mois, et ce pendant 12 ans. En gros, la conclusion est que la théorie de la "surcharge" du système immunitaire des enfants est complètement absurde.  

Pas d'effet sur le système immunitaire

Avec cette base de données, les chercheurs ont sélectionné 193 enfants qui avaient contracté une infection à la quelle ils n'étaient pas vaccinés. De plus, ils ont établi un groupe contrôle composé de 751 enfants, qui n'ont pas contracté d'infection. Ils ont noté, pour chaque enfant, les vaccinations qu'il a subies au cours des 23 premiers mois de sa vie et s'il a contracté une infection au cours de la période suivante (entre 24 et 47 mois) nécessitant une hospitalisation. Ensuite, ils ont comparé les enfants qui ont contracté une infection avec ceux qui n'en ont pas eu.

Résultat: la vaccination n'augmente pas le risque de choper une infection dans les deux ans après l'administration du vaccin. Le système immunitaire n'est donc pas touché par les vaccins et l'enfant n'est pas plus sensibles aux maladies. 

Leurs résultats indiquent que la vaccination n'augmente pas le risque de contracter une infection dans les deux années suivant l'administration, en comparaison à la non vaccination. Les vaccins n'affectent donc pas le système immunitaire et ne rendent pas les enfants plus sensibles aux infections.


A lire aussi