Italie région des Lacs

© iStock/Isaac74

Economie

En Italie, le programme d'impôt forfaitaire pour les riches est un succès

L’année dernière, l’Italie a mis en place un programme permettant à des personnes fortunées prenant la résidence italienne de ne payer annuellement qu’une “flat-tax”, un impôt forfaitaire. Ce programme a été un grand succès, affirment aujourd’hui les autorités italiennes.

Le programme permet aux étrangers fortunés désireux d'installer leur résidence fiscale dans le pays de ne payer qu’un unique impôt forfaitaire de 100 000 euros par an, indépendamment de leurs revenus réels dans le monde entier. Les bénéficiaires doivent avoir été résidents à l'étranger pendant au moins 9 des 10 dernières années. Ils peuvent également établir la résidence de leurs proches en s’acquittant d’un supplément d'impôt de 25.000 euros par personne.

Relancer l'économie

De cette manière, le gouvernement italien espérait attirer des capitaux étrangers. L'Italie éprouve en effet de grandes difficultés à relancer son économie. C'est pourquoi le pays espère attirer des très riches avec des mesures favorables, pour stimuler la consommation, les investissements et son économie par ricochet, grâce à l’apport de nouveaux capitaux. Selon Fabrizio Pagan, directeur du cabinet du ministère de l'Economie et des Finances italiennes, ce programme a suscité un très grand intérêt.

Les "clients" habituels

Près de 150 étrangers fortunés ont manifesté de l'intérêt pour cette formule. Certains disposent d’une fortune “dans les centaines de millions”, précise Pagan, qui ajoute que les candidats proviennent souvent de la Grande-Bretagne, de la Suisse, de la Russie et des États-Unis, c’est à dire les pays où l’on trouve les plus fortes proportions de personnes fortunées. Mais il y aurait également eu des demandes provenant “de Norvégiens et de Hollandais, qui ne sont pas nécessairement dans la finance. Certains sont des collectionneurs d’art. Nous parlons de gens très très riches”, ajoute-t-il.

Milan, Venise et la région des Lacs

Pour établir leur résidence afin de satisfaire la condition du programme, les demandeurs pourraient jeter leur dévolu sur les villes de Milan, de Venise ou la région des lacs au pied des Alpes. Il s’agit de régions déjà riches qui devraient donc s’enrichir encore davantage.

Une croissance exponentielle ?

L'Italie n'est pas le seul pays qui tente d'attirer des étrangers riches avec des incitations fiscales. Le Royaume-Uni, l’Espagne, où une “loi Beckham” a été votée à l’attention entre autres des sportifs de haut niveau, mais aussi le Portugal ont déjà introduit des mesures similaires.

Pagan s’appuie sur cet exemple et souligne que le programme portugais a été un plein succès. Il spécule que l’Italie est vouée elle aussi, à connaître une “croissance exponentielle”. Son argument ? “150 est un bon chiffre pour une première année”. 

Sur le même sujet :