King Philippe of Belgium, Chinese President Xi Jinping, Queen Mathilde of Belgium and Chairman of the Board Volvo car Group Li Shufu, during a visit at the Volvo cars plant, in Gent, Belgium, 01 April 2014

© EPA

Economie

Dorénavant, le plus gros actionnaire de la maison-mère de Mercedes Benz est chinois

Vendredi, le constructeur automobile chinois Geely a pris une participation de 7,2 milliards d'euros, soit 9,69 % dans le constructeur allemand Daimler, qui détient entre autres la marque Mercedes Benz.

Cette nouvelle initiative du CEO de Gelly, Li Shufu (à droite sur notre photo, en compagnie du président chinois Xi Jinping et du roi Philippe), fait dorénavant de cette entreprise l’actionnaire majoritaire de Daimler. Geely est également l'unique actionnaire de Volvo Cars, et il détient des participations importantes dans les constructeurs Lotus Cars et Volvo AB.

La bataille contre les "envahisseurs externes"

Li est convaincu que le secteur automobile traverse un mouvement de concentration qui aboutira à la survie de 2 ou 3 entreprises seulement. De même, l'arrivée de nouveaux venus sur le marché de la voiture électrique et/ou autonome (Tesla, Google ou encore Uber) pose un défi pour les constructeurs traditionnels.

"Aucun acteur de actuel de l'industrie automobile ne pourra probablement remporter cette bataille contre les envahisseurs externes sans amis. Pour atteindre et asseoir un leadership technologique, il faut s'adapter à une nouvelle façon de penser en termes de partages et d'association de force. Mon investissement dans Daimler reflète cette vision", a-t-il déclaré.

Une politique de quotas sur les véhicules électriques et hybrides

Sa décision a également été motivée par des questions environnementales. La Chine a imposé des quotas sur les véhicules électriques et hybrides, qui entreront en vigueur en 2019. A partir de cette année-là, 10 % des ventes des constructeurs automobiles devront porter sur des véhicules hybrides ou électriques.

Ceux qui échoueront à respecter ces normes seront contraints de racheter les crédits de ceux qui auront dépassé le quota, ou de payer des pénalités. Dans ce contexte, une association avec Daimler, qui dispose d'une maîtrise enviable de la technologie électrique, s'avère particulièrement judicieuse pour Geely.

Les milieux d'affaires allemands sceptiques

Du côté de chez Daimler, on s'est réjoui de cette entrée du Chinois dans l'actionnariat, et d'avoir "gagné avec Li Shufu un nouvel actionnaire de long terme". D'autant que se profile avec lui l'énorme potentiel du marché chinois, qui est déjà le plus gros marché du constructeur allemand. L'année dernière, il y a écoulé près de 600.000 véhicules.

Mais cette annonce a rencontré un "grand scepticisme" dans les milieux d'affaires allemands, comme c'est souvent le cas lors de prises de participations de sociétés iconiques par des hommes d'affaires chinois, explique le journal Bild.

De son côté, le gouvernement allemand, par la voix de son porte-parole, a indiqué que cette participation ne nécessitait pas d’intervention de sa part "en raison de son caractère minoritaire".

Sur le même sujet :