Famous sherlock Holmes pub in London

© iStock/Starcevic

Economie

Le Royaume-Uni abandonne aussi les paiements en espèces

Au Royaume-Uni, comme en Suède, les consommateurs abandonnent peu à peu l’usage de l’argent liquide, rapporte The Guardian. Les paiements par carte devraient surpasser en nombre ceux réalisés en espèces dans le courant de cette année.

C’est ce qu’indique UK Finance, un syndicat qui représente les grands établissements bancaires et financiers britanniques. Il indique qu’en 2006, 62 % de toutes les transactions réalisées au Royaume-Uni étaient payés en espèces. Mais en 2016, cette proportion ne représentait plus que 40 %, et en 2026, elle devrait tomber à seulement 21 %.

Les données de la société ATM, qui gère les distributeurs de billets, montrent qu’il y a eu 2,7 milliards de retraits des 70 000 distributeurs installés dans le pays en 2016. C’est le nombre le plus faible depuis 2010. En 2016, les gens ont retiré 6 milliards de livres de moins qu’il ne l’avaient fait en 2015.

Même au pub...

Les Britanniques utilisent de plus en plus leur carte de crédit, y compris pour payer de petits montants. De ce fait, seul un consommateur sur 10 des pubs et des cafés paye encore par espèces. Les grandes chaînes de cafés, pubs  et restaurants, telles que Wetherspoon,  Prêt a Manger  et Nando, par exemple, confirment cette tendance.

L’industrie des transports est également affectée, et en 2017, les paiements des billets de train par carte de crédit étaient 4 fois supérieurs à ceux effectués en espèces.

Une évolution préjudiciable pour les plus faibles

En conséquence, le nombre de distributeurs mis à disposition dans les rues britanniques pourrait être réduit, en particulier dans les centres-villes.

Cette évolution pourrait être préjudiciable pour les groupes les plus vulnérables, comme les personnes âgées et les plus démunis qui utilisent encore massivement les espèces pour régler leurs achats. Selon UK Finance, plus de la moitié des personnes qui payent encore à majorité en liquide ont un revenu annuel inférieur à 15 000 livres (environ 17 000 euros).

La Suède

La Suède se pose la même question, rapporte Bloomberg. De plus en plus de commerces placent des panneaux sur leurs vitrines indiquant qu’ils n’acceptent pas les espèces. La plupart des agences bancaires du pays ont cessé de manipuler l’argent liquide. De même, beaucoup de musées et de restaurants n’acceptent plus que les cartes de paiement, ou les paiements par application mobile.

L’année dernière, le montant des pièces et billets en circulation en Suède est tombé à son plus bas niveau depuis les années 90. Par rapport à 2007, où il avait atteint un point culminant, il a chuté de 40%.

Une enquête annuelle, menée par Insight Intelligence, montre que seulement 25% des Suédois ont réalisé au moins un paiement en espèces par semaine en 2017. C’est 63% de moins qu’en 2013. 36% n’utilisent même jamais les espèces pour régler leurs transactions, ou ne les utilisent qu’une ou deux fois par an.

La e-krona sera-t-elle la solution ?

Là encore, se pose la question des personnes âgées qui n’ont pas accès aux paiements électroniques.

Pour y répondre, la banque centrale suédoise envisage la création d’une monnaie virtuelle, une "e-krona". Mais elle ne serait vouée qu’à être un moyen de paiement alternatif complémentaire aux espèces, sans être destiné à les remplacer totalement.

Sur le même sujet :