Vladimir Putin

© Lintao Zhang/Getty Images

Politique

La Russie retourne le problème: "L'Occident doit cesser d'interférer dans nos élections présidentielles"

La Russie a des “preuves tangibles” d’une ingérence occidentale dans les élections présidentielles russes qui auront lieu en mars. C'est ce qu’affirme Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

"Nous avons la preuve de l’interférence destructrice de certains pays occidentaux” et avons dit aux pays européens “que ces activités devaient cesser”, sinon, nous prendrons “des contre-mesures rudes”.

Zakharova a reçu le soutien du procureur russe Yuri Chaika. Ce dernier a confirmé que les tentatives des agences étrangères “pour interférer dans les affaires domestiques de notre pays réclamaient une réaction sévère de nos procureurs."

Les Russes semblent particulièrement préoccupés par ce qui apparaît dans la presse étrangère. Selon le site d'information sponsorisé par le Kremlin, Sputnik, Andrei Klimov, qui dirige la commission russe pour la protection de la souveraineté de l’Etat, “Les organes publics de propagande américains, qui ont déjà été reconnus comme étant des agents étrangers, agissent habituellement comme des instigateurs”.

RT's office

© Sputnik

RT et Sputnik : les armes d'information les plus puissantes du 21e siècle

L’année dernière, le parlement russe a approuvé à l'unanimité une loi désignant tous les médias internationaux comme des “agents étrangers”. Cette législation a été adoptée en réaction après que le Congrès américain avait lui-même étiqueté la chaîne publique de l’Etat russe RT (ex-”Russia Today”) comme un “agent étranger”. 

En septembre de l’année dernière, le N.Y. Times Magazine avait écrit dans son édition du dimanche («RT, Sputnik and Russia's New Theory of War») que le Kremlin avait “construit l’une des armes d'information les plus puissantes du 21e siècle, et qu’il est peut-être impossible de la stopper”.

Les Russes auraient interféré dans les élections américaines, britanniques, françaises et même catalanes

Bien que le Kremlin ait toujours nié toute ingérence dans les affaires étrangères, les services du renseignement américains affirment qu’ils sont certains de l’implication de certains agents russes. Ces derniers auraient diffusé de la propagande au cours de la campagne présidentielle américaine de 2016, afin d'influencer le résultat.

Des tactiques similaires auraient également été observées à l'approche du référendum sur le Brexit, lors des dernières élections présidentielles françaises et lors du référendum illégal en Catalogne.

Les élections russes auront lieu le 18 mars. Aucun adversaire ne semble présenter une menace pour Vladimir Poutine qui semble donc assuré d’une victoire écrasante.

Sur le même sujet :