Cover image

© iStock

Economie

Le Canada et les Pays-Bas lancent une application pour accélérer les contrôles frontaliers

Le Canada et les Pays-Bas ont lancé conjointement l'application d'identité numérique « Known Traveller Digital Identity » (KTDI). Cette application, encore au stade de projet pilote, permettrait aux voyageurs de passer les contrôles frontaliers plus rapidement s'ils créent un profil numérique avec leurs informations personnelles sur leurs appareils mobiles.

L'application sera d'abord testée avec les voyageurs qui transitent entre ces deux pays. Cependant, ce programme devrait être déployé à l'échelle mondiale d'ici 2020. Cette application aura recours à des données biométriques telles que l'examen de la rétine de l'utilisateur ainsi que la reconnaissance faciale. On s'attend à ce que ces données permettent une identification plus rapide des voyageurs.

La société technologique Accenture participe au développement du programme.

Nécessité

Selon un document du Forum économique mondial, les arrivées de voyageurs internationaux devraient passer d'1,2 milliard en 2016 à 1,8 milliard en 2030. Cette hausse entraînera un risque accru et obligera l'aviation et l'industrie du voyage à adopter des mesures de sécurité plus strictes.

Bill Anderson, directeur de l'Institut transfrontalier (CBI) de l'Université de Windsor, a expliqué que les responsables de la sécurité souhaitent que plus de personnes soient examinées avant d'avoir fait leurs valises et avant de devoir passer aux contrôles frontaliers.

« Le paradigme dominant dans la gestion des frontières est d'évaluer les risques et d'identifier les personnes à très faible risque afin de pouvoir se concentrer sur celles qui n'ont pas été identifiées comme à faible risque », a déclaré Anderson.

Etant donné que le trafic international augmentera au cours de la prochaine décennie, la demande de technologie pour la sécurité dans les aéroports sera encore plus importante, expliquent les experts.

"Google est déjà capable de fournir des informations plus détaillées sur les personnes que les données demandées par les agences de sécurité", a encore ajouté Anderson.

Système de voyage à deux vitesses

L'application d'identité numérique demandera aux voyageurs de fournir des informations personnelles détaillées telles que des renseignements sur leurs études universitaires, des relevés bancaires ou encore des dossiers de vaccination. Le programme Nexus permet déjà un passage frontalier plus rapide des voyageurs à faible risque entre les Etats-Unis et le Canada.

Les profils des utilisateurs sera automatiquement mis à jour en fonction de leurs déplacements dans le monde. Plus ils traverseront de frontières, plus ils gagneront en confiance, ajoutent les experts.

Selon Accenture, durant le développement de l'application, la vie privée du voyageur sera protégée au maximum. Les informations sur les utilisateurs seront sauvegardées et ces derniers seront en mesure de décider de ce qu'ils veulent partager, au cas par cas.

"Aucune information personnelle n'est stockée dans le registre, garantissant le fait que les informations personnelles des voyageurs ne sont pas inclues dans un seul système, ce qui en ferait une cible intéressante pour d'autres activités. »

Selon les critiques, ces programmes de dépistage créeraient un système de voyage à deux vitesses. Les personnes non inscrites dans l'application se retrouveraient dans des files d'attente plus longues et recevraient ainsi un service de qualité inférieure.

Nina Brooks, directrice de l'Airports Council International, a expliqué que son organisation soutenait le déploiement de nouvelles technologies, mais qu'elle souhaitait un système qui crée une expérience similaire pour tous les voyageurs.  

Lire aussi