Economie

2018: l’année où le Bitcoin est devenu une tulipe

Sur les 573 crypto-monnaies lancées depuis 2017, 89 % sont déficitaires par rapport à leur prix de lancement. Ensemble, elles pèsent 2,1 milliards de dollars. Cela représente 8,4 milliards de dollars de moins que les 10,5 milliards initialement investis, selon les calculs du Wall Street Journal

Le sentiment autour du bitcoin s’est en effet inversé : la monnaie virtuelle dont la valeur avait augmenté artificiellement pour atteindre des records cette année a perdu 70 % de sa valeur. C’est ce qui se produit lorsque des personnes de bon sens mettent leur jugement de côté pour exploiter des niches (et s’appauvrir) et se laissant guider par la «FOMO» (acronyme pour « Fear of missing out », ou «peur de passer à côté de quelque chose»). Tous les deux ans, des investissements similaires font leur apparition… jusqu’à ce qu’ils se terminent en larmes. Ainsi, 2018 est devenue l’année de la correction, et le bitcoin est devenu la nouvelle tulipe, car cette fois encore, le terme «cette fois-ci, c’est différent» n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

Le Bitcoin et la fameuse tulipomanie néerlandaise

Peu de temps avant que le bitcoin atteigne un record record, Jamie Dimon, CEO de la banque américaine JP Morgan-Chase, avait déjà mis en garde contre un scénario catastrophique. Dans sa critique du bitcoin, Dimon avait aussi établi un lien avec la tristement célèbre Tulipomanie néerlandaise du dix-septième siècle, généralement considérée comme la première vague de spéculations de l’histoire économique mondiale. Comme on était prêt à payer beaucoup d’argent pour un bulbe de tulipe dans les cercles de nobles français, les prix des fleurs ont commencé à flamber de façon irrationnelle. On raconte qu’au plus fort de Tulipomanie, il fallait débourser le prix d’un manoir situé le long des canaux d’Amsterdam pour obtenir un unique bulbe. Mais très rapidement, les cours se sont effondrés. Selon Dimon, un scénario similaire attendait également le bitcoin. [Bien que la référence à la tulipomanie soit utile, elle est utilisée de manière inappropriée]

L’anonymat rend plus difficile la recherche de délinquants

L’année 2018 a également été marquée par l’intérêt des autorités fiscales pour les crypto-monnaies car, jusqu’en 2017, les crypto-monnaies étaient encore associées à des comportements sûrs. Selon le Wall Street Journal, au cours des 24 derniers mois, la SEC, le gendarme des marchés boursiers américain, a enquêté sur plus de 90 affaires de crypto-monnaies, mais n’a réussi à récupérer que 36 millions de dollars à peine en faveur des investisseurs dupés. C’est la conséquence de l’anonymat qui entoure les transactions en monnaie virtuelle, qui complique la tâche des enquêteurs pour retracer les transactions et retrouver les parties prenantes.

La blockchain est l’avenir

Pourtant, il n’y a pas que des mauvaises nouvelles : pour 2019, les experts s’attendent à une réglementation accrue, et à des applications plus réalistes de la technologie des crypto-monnaies. La technologie de la blockchain est certainement promise à un avenir prometteur, dans la « supply chain »  par exemple, où elle permettra de localiser des marchandises à tout moment. Les négociants en matières premières s’intéressent également de plus en plus à cette technologie.

Show More
Close
Close