Cover image

La BRI, la banque centrale des banques centrales, met en garde contre un nouveau krach

Dans son dernier rapport trimestriel, la BRI (Banque des règlements internationaux), la banque centrale des banques centrales, lance l’alerte. Elle redoute de « potentielles turbulences de long terme ». En effet, le système financier mondial présente des signes réminiscents de la période qui a précédé la crise financière mondiale de 2008. Les banques centrales doivent intervenir pour éviter des dégâts similaires.

Dans son dernier rapport trimestriel, la BRI (Banque des règlements internationaux), la banque centrale des banques centrales, lance l’alerte. Elle redoute de « potentielles turbulences de long terme ». En effet, le système financier mondial présente des signes réminiscents de la période qui a précédé la crise financière mondiale de 2008. Les banques centrales doivent intervenir pour éviter des dégâts similaires.


« Les vulnérabilités qui se sont construites dans le monde durant la période inhabituellement longue de taux d’intérêt extrêmement faibles n’ont pas disparu », affirme Claudio Borio, qui dirige la BRI.

L'Institution s’inquiète que de nombreux investisseurs ne tiennent pas compte des risques potentiels de surchauffe des marchés financiers. En conséquence, ils continuent de se ruer inconsidérément sur des actifs manifestement surévalués, s’endettant de façon importante pour profiter de ces opportunités… Comme ils l’avaient fait avant le krach de 2008.

Même l'endettement des ménages commence à atteindre des niveaux critiques dans un grand nombre de pays tout autour du monde.

Les voyants rouges clignotent


« Les niveaux de dette élevés, tant en monnaies domestiques qu’étrangères, sont toujours là. De même, les valorisations mousseuses, à leur tour soutenues par le faible taux d’intérêt sur les obligations souveraines, l’étalon pour la fixation des cours de tous les actifs. Pire, plus cette prise de risque se poursuit, plus les bilans sous-jacents sont exposés. Cette sérénité de court terme se produit aux dépens d’une possible turbulence de long terme », ajoute Borio.

La BRI note que la Réserve fédérale américaine et la Banque d'Angleterre ont augmenté les taux d'intérêt pour tenter de prévenir ces comportements à risque. Mais pour le moment, leur intervention semble peu efficace, et l’on continue de voir des bulles instables enfler sur les marchés financiers.

L'investisseur britannique Neil Woodford a déjà mis en garde contre un effondrement imminent des marchés boursiers, similaire à celui de la bulle dotcom du début du millénaire. « 10 ans après la crise financière internationale, nous assistons au résultat de la plus grande expérience de politique monétaire de l'histoire », ajoute-t-il. Et de conclure :
« Il y a tant de voyants rouges qui clignotent que j’en ai perdu le compte »