Cover image

Le Venezuela se rapproche d'un défaut sur sa dette

Le Venezuela est peut-être sur le point d’être déclaré en défaut de paiement sur sa dette, affirment les analystes qui rappellent qu'il est endetté à hauteur de 150 milliards de dollars.


Vendredi dernier, en effet, le pays devait rembourser une échéance de 1,1 milliard de dollars sur une émission d'obligations de la compagnie pétrolière d'État PDVSA.

L'International Swaps and Derivatives Association  (ISDA) une instance financière internationale, doit se réunir aujourd’hui pour statuer sur la qualification possible de ce manquement en "événement de crédit". Cette qualification devrait permettre d’actionner les couvertures de défaillance (CDS), les assurances contre le défaut d'un emprunteur.

Au cours du week-end, le Venezuela doit honorer une autre échéance sur des obligations PDVSA pour un montant de 81 millions de dollars ; en outre, d'ici la fin de l'année, le pays doit 1,47 milliards de dollars au titre des intérêts sur différentes émissions. Enfin, l'année prochaine, il devra s'acquitter de 8 milliards de dollars.

Or, le pays ne détient que 10 milliards de dollars de réserves en devises. La semaine dernière, le président Nicolas Maduro a annoncé que le Venezuela envisageait de restructurer ses futurs remboursements de dettes.

Une possible restructuration de la dette


Selon certains experts, le Venezuela devrait tenter de négocier un report de ces échéances. Lundi, des créanciers internationaux ont été conviés à Caracas. Le gouvernement Maduro devrait leur proposer une restructuration de la dette.

« D'une manière ou d'une autre, le gouvernement et PDVSA vont faire défaut. Ce n'est plus qu'une question de jours, et non de semaines, jusqu'à ce qu'un défaut soit confirmé », a affirmé Edward Glossop de Capital Economics.

Un tel défaut serait une catastrophe pour le pays, qui serait alors exclu des marchés financiers. Or, en août, les États-Unis ont imposé des sanctions au pays, qui interdisent à toute institution  financière américaine de lui accorder de nouveaux financements. De plus, le vice-président vénézuélien, Tareck El Aissami, qui est chargé de mener les négociations de la dette, a été placé sur la liste noire des narcotrafiquants du Bureau du contrôle des avoirs étrangers du Trésor américain (OFAC) en février.

Cependant, la Russie a déjà accepté de reporter l'échéance de sa créance de 3 milliards de dollars. Un accord dans ce sens devrait être signé dans le courant de la semaine prochaine.

Autrefois le pays le plus riche de l’Amérique du Sud


Le Venezuela est le pays qui dispose des plus grandes réserves de pétrole prouvées du monde. Selon le pays, leur valeur dépasserait 15 000 milliards de dollars. Autrefois, il était le pays le plus riche en Amérique du Sud, et de ce fait, il ne devrait pas éprouver tant de difficultés à rembourser ses dettes.

Mais l’économie du pays s’est effondrée en raison de la mauvaise gestion et de la chute des cours du pétrole. Le Venezuela a généré 1 000 milliards de chiffre d’affaires avec les ventes de pétrole, mais il semble que près d’un quart ait été volé par des initiés.

A la fin des années nonante du siècle dernier, lorsque le socialiste Hugo Chavez a été élu président pour la première fois, 48 % de la population vénézuélienne vivaient dans la pauvreté. Depuis, sous la gouvernance de Nicolas Maduro, le successeur de Chavez, cette proportion a grimpé à 82 %. (selon des chiffres de mars 2017)