Cover image

L'annonce de la 'fin de l’État islamique' est prématurée, la menace pour notre liberté est désormais permanente

Mardi, à New York, 8 personnes sont mortes dans un attentat commis avec une camionnette. Une femme belge de 31 ans est l’une des victimes. Parmi les 15 blessés, on trouve aussi 3 autres Belges, qui font partie de la même famille d'Anvers. Dans la camionnette du coupable, on a retrouvé des notes montrant qu’il avait juré allégeance à l'État islamique (EI).

Mardi, à New York, 8 personnes sont mortes dans un attentat commis avec une camionnette. Une femme belge de 31 ans est l’une des victimes. Parmi les 15 blessés, on trouve aussi 3 autres Belges, qui font partie de la même famille d'Anvers. Dans la camionnette du coupable, on a retrouvé des notes montrant qu’il avait juré allégeance à l'État islamique (EI).


Selon John Miller du NYPD (police de New York) l’homme avait suivi « à la lettre » les instructions diffusées par l’État islamique sur les médias sociaux.

« L’annonce de la fin de l'État islamique – après la reconquête de leur fief Raqqa par les troupes alliées – était prématurée. L’EI a réalisé des progrès inattendus. Surtout sur le champ de bataille qui compte le plus pour lui, le champ de bataille de l’information, qui est une arène dans laquelle il combat au travers des médias sociaux et du « Dark Web ». L’activité de leurs sympathisants dans différentes langues après cet épouvantable attentat terroriste à New York démontre son influence. »



C’est ce qu’affirme Haroon Ullah, un expert en terrorisme qui est aussi l’auteur du livre «Digital World War: Islamists, Extremists, and the Fight for Cyber Supremacy». Ullah a travaillé comme senior advisor dans la lutte contre l’extrémisme violent au département d’État américain.

«Il est possible que l'État islamique ne revendique jamais la responsabilité de l’attentat, qu’il ne connaissait [l’existence de] l’auteur », estime Ullah. « Mais ce que les sympathisants de l’EI vont faire, c’est amplifier l’information, affirmer que le terroriste était l’un des leurs, ou qu’il avait été ‘inspiré’ par le groupe ».

La menace pour notre liberté est désormais permanente


Prévenir ce genre d’attentat est impossible. La police reçoit des milliers de renseignements d’indicateurs, et pour surveiller un seul individu 24 heures sur 24, 16 agents sont nécessaires (4 par shift, 3 shifts par jour, jours fériés inclus).

Il y a un an, l’ancien directeur du FBI, James Comey, avait confirmé que l’EI avait la capacité de convertir des « âmes confuses » au terrorisme à peu près partout dans le monde. Rien qu’aux États-Unis, on suivait déjà plus de 1000 individus qui « pourraient passer à l’action après avoir consommé de la propagande de l'État islamique ».

(Selon le Belge Gilles de Kerchove, qui est coordinateur des politiques de lutte contre le terrorisme au sein de l’UE depuis près de 10 ans, il y a 50 000 radicalisés en Europe. Au Royaume-Uni, on recense 20 000 radicalisés, en France, 17 000 et en Espagne, 5000. En Belgique, il y aurait 2000 radicalisés, dont 500 ont voyagé en Syrie. Le reste est réparti entre les autres pays de l’UE, estime de Kerchove. Il dit qu’il ne dispose pas de chiffres précis, mais qu’il se fonde sur les « chiffres déjà publiés ».)

Ce risque, qui menace la liberté que nous considérons comme normale et que nous avons gagnée, et ainsi permanent.

Des recrutements de nouveaux combattants


Sur le site de la chaîne française BFMTV, Zack Gold, un expert attaché au Rafik Hariri Center for the Middle East, confirme  ce que certains craignent :
«Les attaques confessionnelles (de l’EI) montrent que l’organisation est toujours en phase d’expansion malgré les revers sur le champ de bataille, et encouragent ainsi ceux qui en sont idéologiquement proches à soutenir le groupe ».

Jantzen Garnett, expert au sein du Groupe Navanti Analytics, partage son analyse :
«Une tentative pour reprendre le contrôle de son image, renforcer le moral des troupes, et rallier de nouvelles recrues».

Le marathon de New York aura lieu dimanche. Plus de 50 000 athlètes s’aligneront sur la ligne de départ et 3 millions de spectateurs devraient se presser sur le parcours pour les soutenir. L’événement est maintenu jusqu’à nouvel ordre. Toutes les forces de police présentes seront doublées.